............................................. Levez le voile sur le monde magique inspiré de JK Rowling, en 2025...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionPortailS'enregistrer

Partagez | 
 

 Commerces moldus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître du Jeu
avatar
Staff
Revelio
Inconnu Age RPG : 0
Emploi(s) :
- Fondateur

Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Commerces moldus   Mar 4 Juil - 6:41






Commerces moldus






Vous vouliez faire des achats? Retrouver un ami? Le centre commercial moldu est un endroit sensationnel qui regorge de choses les plus étranges à observer lorsque l'on est un sorcier de sang pur qui n'y connait rien à la technologie. On a beau dire, mais la technologie moldu en certains sens dépasse la magie des sorciers au fond. Les sorciers n'ont toujours pas la télévision. Bientôt un brevet pour un objet similaire?

L'endroit est toujours bondé de 8h à 21h, hors horaire d'ouverture vous pourrez apercevoir dans le noir, des faisceau lumineux des torches des vigiles à travers les nombreuses vitres extérieures.

Le centre commercial est un véritable palais des glaces, on y voit à peu près tout de l'extérieur tant c'est vitré. C'est un effet marketing évidemment. La nuit, les vitrine sont très légèrement éclairées, juste assez pour qu'on y aperçoive les quelques vêtements présentés et que l'on ait envie de s'approcher.

[Ce lieu étant un lieu public dans lequel vous pouvez croiser absolument n'importe qui à n'importe quel moment, vous ne pouvez donc PAS privatiser votre RP]



Lunatik ©


______________________________



Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Jeu 10 Mai - 16:09









"Une dangereuse affection"




[15 novembre 2025, vers 19h45
Avec Jerôme Donell]

Jerôme pouvant à nouveau bouger, il rendit à Emily son baiser, au plus grand plaisir de celle-ci. Si un client du bar avait pris le sorcier pour le père de la jeune femme, il devait sans aucun doute être en pleine désillusion face à cette scène. Il était fort probable que certains la prennent pour une croqueuse de diamants, ou pour une demoiselle en manque de figure paternelle, mais la rousse n’en avait que faire de ce que les autres pouvaient bien penser d’elle : elle se sentait bien lorsqu’elle était en présence de l’employé du Ministère, et c’est ce qui était le plus important pour elle. Ce sentiment était d’ailleurs fort étrange au vu la forte appréhension qu’elle avait à son égard. Elle ne savait pas encore pour quelle raison sa première impression le concernant refusait de disparaitre, alors qu’elle faisait pourtant tout son possible pour se convaincre qu’elle se trompait à son sujet... Peut-être que le brun cachait bien quelque chose, mais Emily, malgré son caractère des plus curieux, n’avait pas envie de découvrir de quoi il s’agissait : allez savoir pourquoi !

« Très bien... passons cette soirée ensemble, puisque vous y tenez. Mais quittons cet endroit. Partons pour Londres, vous voulez bien ? »

Après avoir dit cela, Jerôme avait attrapé le bras d’Emily. Cette dernière lui adressa un sourire en coin. Par ses paroles, il avait sous-entendu que le fait qu’ils passent la fin de leur soirée ensemble était uniquement la volonté de la rousse : cependant, quelque chose lui disait que le quadragénaire n’était de loin pas aussi réticent à cette idée qu’il ne semblait l’être. Il devait sans aucun doute faire partie de ces hommes qui n’ont aucun scrupule à refuser les avances d’une femme qui ne les intéresse pas. Sans rompre le contact visuel, la jeune demoiselle fit un élégant geste de sa baguette en direction de sa cape noire qui était toujours posée sur l’un des tabourets proches du bar. Le vêtement se mit en mouvement et s’envola en direction de sa propriétaire, traversant le pub en planant dans les airs. Ensuite, la cape se posa d’elle-même sur les épaules de la bibliothécaire. Rangeant sa baguette dans une poche intérieure, elle fixa de son regard bleu Jerôme et, après avoir glissé tendrement sa main désormais vide sur le flanc de l’homme, elle lui susurra :

« Hé bien... Allons-y ! »

Aussitôt dit, aussitôt fait : les deux amants disparurent dans un tourbillon de capes sombres et de cheveux roux. Lorsqu’ils se rematérialisèrent, Emily mit un instant avant de comprendre où ils avaient apparu. Ils étaient dans un couloir qui menait de toute évidence aux toilettes d’un centre commercial moldu. Se détachant de Jerôme, la demoiselle avança et s’arrêta à quelques mètres de lui, là où le couloir dans lequel ils étaient débouchait sur le hall. Boutiques et restaurants s’alignaient de parts et d’autres du centre commercial. Lorsqu’une petite fille qui devait avoir quatre ans à peine passa devant Emily pour aller rejoindre ses parents qui l’attendaient un peu plus loin, un sourire attendri se dessina sur le visage de la jeune femme. La petite moldue portait une adorable robe rose ainsi que des collants violets et épais. Ses courts cheveux bruns étaient ramenés en deux petites couettes sur le haut de sa tête. Au fond des yeux de la bibliothécaire, une lueur d’émerveillement s’alluma. Elle suivit la fillette du regard, et se perdit dans sa contemplation à tel point qu’elle en vint à totalement oublier la présence de Jerôme.

Lunatik (c)



______________________________



Voir le profil de l'utilisateur
Jerôme Donell
avatar
Ministère
Revelio
Sang pur Age RPG : 42
Maison : Serpentard
Emploi(s) : - Responsable du Service des nuisibles

Camp : R.O.C.E.H caché
Patronus : Caméléon
Epouvantard : Un Gobelin souriant
Amortentia : L'odeur de brûlé, de la terre, et de la sève
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Jeu 10 Mai - 19:46


Les sentiments avant les convictions


15 novembre 2025 vers 19h45


Le voyage fut un peu plus long qu'il l'avait prévu mais sans doute était-ce dû aux douleurs qui parsemaient son corps et l'avaient nécessairement affaiblit. Lorsque Jerôme découvrit l'endroit qui faisait office de leur "piste d'atterissage" il se maudissa intérieusement. Ce n'était pas ici qu'i avait voulu les faire apparaitre car c'était bien trop risqué. Des moldus allaient et venaient à quelques mètres de là, justement là où se dirigeait Emily en ce moment. Il avait en quelque sorte raté son transplanage et risqué de les mettre à découvert.

Le regard tourné vers la rousse qui se tenait maintenant au carrefour du couloir et de l'immense allée commerçante, il cru voir une petite fille passer devant l'ouverture et Emily avait l'air de l'observer avec innocence. C'était étrange comme elle paraissait obnubilée par cette enfant. Cette image lui arracha un sourire alors qu'il s'approchait d'elle pour la rejoindre. Mais avant d'arriver jusqu'à elle, il jugea bon de faire quelques transformations obligatoires. Il sortit sa baguette de l'intérieur de sa cape et en coup léger, il fit disparaitre sa longue cape foncée qui aurait sans doute attiré les regard curieux des moldus. En revanche, il ne portait pas de robe de sorcier, simplement une sorte de costume comme il portait d'habitude pour se rendre au travail. Cette fois il était prêt à affronter le monde extérieur, celui dépourvu de magie. Arrivé à hauteur d'Emily il cru la sortir de sa rêverie en s'adressant à elle.

Je vous en prie, choisissez l'un de ces restaurants. Je ne suis pas difficile.

Il s'autorisa un nouveau sourire amusé et d'un geste sans lourdeur il posa sa main dans le creu du dos de la jeune femme. Ils étaient à nouveau proche mais au lieu de se faire face, ils étaient côte à côte. A présent la petite fille qui était loin sur leur droite avait filé dans les bras grands ouvert de son papa accroupi dans l'allée centrale pendant que celle qui devait être sa maman réajustait sa veste avec vivacité et sérieux.

A moins que vous préfériez aller adresser quelques mots à cette petite ?

C'était sa façon de dire à Emily qu'il avait bien saisit la façon dont elle avait contempler la fillette. Néanmoins, il n'était pas sûr de savoir ce qui avait pu traverser le jeune esprit de la rousse à ce moment là. Peut-être allait-elle se braquer et ignorer cette remarque ou bien elle lui expliquerait cette courte absence.
Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t971-jerome-donell#2849
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Jeu 10 Mai - 20:55








"Une dangereuse affection"




Lorsque Jerôme s'approcha d'elle, Emily détacha son regard de la fillette pour le lever sur le brun. Elle remarqua alors qu'il avait changé de vêtements. S'attardant sur sa propre tenue, la rousse se rendit bien vite compte qu'elle était en total décalage avec l'endroit où ils se trouvaient. Ainsi vêtue, elle passait inaperçue parmi les sorciers, mais chez les moldus, les robes longues aussi classes que celle qu'elle portait à cet instant avaient plutôt leur place sur un tapis rouge ou dans un restaurant chic qu'au milieu d'un centre commercial. Sa longue cape noire lui donnait d'ailleurs un air de princesse comparée à tous ces moldus qui portaient des vestes courtes. D'un geste expert, Emily referma sa cape pour cacher la tenue qu'elle portait en-dessous et, lorsqu'elle la rouvrit, ses vêtements n'étaient plus les mêmes.

Désormais, elle était habillée d'une jupe patineuse du même bleu que la robe qu'elle venait de faire disparaitre. Rentrée dans celle-ci, un élégant pull blanc, serré et d'un tissu fin dont les manches mi-longues s'arrêtaient juste en-dessous de ses coudes. Le décolleté en V du haut était tel qu'il suggérait plus qu'il ne montrait. Elle portait également un collant noir légèrement transparent et, à ses pieds, des petites bottines à talons. Retirant sa cape, elle écouta Jerôme lui dire de choisir un restaurant tout en posant sur son avant-bras le long tissu noir. Si quelqu'un observait assez attentivement la cape, il ou elle aurait pu se rendre compte que celle-ci se raccourcissait gentiment mais sûrement. Heureusement, les moldus n'étaient pas connus pour leur sens aiguisé de l'observation. Petit à petit, la longue cape se changea en un simple manteau noir.

"A moins que vous préfériez aller adresser quelques mots à cette petite ?" demanda l'homme après avoir déposé sa main dans le creux du dos d'Emily.

"Oh heu..." lâcha la rousse avant de se reprendre pour ajouter : "Désolée pour mon moment d'égarement, mais l'innocence enfantine a le don de m'émerveiller."

Il était vrai que, n'ayant elle-même pas de souvenirs de son enfance, elle revivait celle-ci par procuration. Elle se demandait toujours comment elle-même avait été, à tel ou tel âge. Elle se demandait également ce à quoi ressemblait le monde vu par des yeux d'enfant. Sans doute que tout était plus grand, plus impressionnant, et peut-être même plus terrifiant. Lançant un ultime regard à la fillette, Emily fondit presque en voyant celle-ci être soulevée de terre avec tendresse par son père. Sans doute que son ébahissement devait se lire dans ses yeux. Tentant de cacher son énième moment d'égarement, elle observa les différentes enseignes des restaurants qu'elle apercevait. Finalement, elle arrêta son choix sur le restaurant qui leur faisait face. D'un bref signe de tête, elle le désigna avant d'annoncer.

"Celui-ci fera parfaitement l'affaire, non ?"

D'après le nom écrit en élégantes lettres rouges, il devait s'agir d'un restaurant italien. C'était une valeur sûre, car, en temps normal du moins, les plats qui étaient servis dans les restaurants italiens étaient toujours assez variés pour satisfaire les envies de tous et toutes. À vu d'oeil, cet endroit-là était le plus chic du centre commercial. La lumière y était tamisée et les sièges en cuir semblaient être fort confortables. Les tables avaient même été recouvertes de nappes blanches. Le sol fait de parquet jurait énormément avec le carrelage gris du hall. L'endroit était peu peuplé, ce qui ne devait sans doute pas être le cas aux heures de déjeuner. Emily se retourna et posa son regard sur Jerôme. Elle l'observa un instant avant de demander de sa douce voix :

"Qu'en pensez-vous ?"

Lunatik (c)



______________________________



Voir le profil de l'utilisateur
Jerôme Donell
avatar
Ministère
Revelio
Sang pur Age RPG : 42
Maison : Serpentard
Emploi(s) : - Responsable du Service des nuisibles

Camp : R.O.C.E.H caché
Patronus : Caméléon
Epouvantard : Un Gobelin souriant
Amortentia : L'odeur de brûlé, de la terre, et de la sève
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Ven 11 Mai - 15:35


Les sentiments avant les convictions


15 novembre 2025 vers 19h45


Jerôme ne se rendit pas tout de suite compte du changement vestimentaire de son accompagnatrice. Ce n'est que lorsqu'il attarda son regard sur elle qu'il pu voir que sa robe s'était comme coupée en deux pour devenir une jupe et un haut distincts tandis que sa cape rapetissait tout doucement dans ses bras. Cette tenue correspondait totalement à ce que les moldues pouvaient porter en regardant bien les gens qui passaient devant eux dans l'allée. Néanmoins Emily n'en était pas moins mise en valeur selon Jerôme.

La justification qu'elle lui servit était franche et directe, à tel point qu'elle le fit sourire. Il était mis amusé mi touché par cette annonce. Quelque chose lui disait que ce qu'elle avait vu en regardant cette petite fille gambadé était très personnel. Bizarrement, cette idée de vouloir savoir ce qui pouvait bien ce cacher derrière cet avoeu n'était pas habituelle chez le brun. Il avait tendance à ne pas trop entrer dans la vie privée des autres, peu importe qui lui faisait face. Il n'était pas plus curieux que n'importe qui, sauf dans le cadre de son travail ou de ses missions bien sûr. Mais là ce n'était ni l'un ni l'autre qui éveillait en lieu cette nécessité de lui poser une question d'ordre privé. Néanmoins, au denrier moment, il se retint, sans compter que la rousse avait fait son choix. En suivant du regard ce qu'elle avait désigné il découvrit qu'il s'agissait du restaurant italien.

Multo bene

Il avait dit cela, un petit sourire en coin sur le visage. Son accent latino était loin d'être excellent et il ne connaissait vraiment rien à l'italien mais parfois il savait être farceur. Sa main, toujorus dans le dos d'Emily poussa la belle d'une pression douce pour l'inciter à avancer auprès de lui jusqu'à ce qu'ils atteignent l'élégante terrasse du restaurant. Là il retira sa main qu'il laissa retomber le long de son corps. Une femme qui portait l'uniforme des serveurs s'avança vers eux sur la musique qui s'échappait des enceintes interne au restaurant.

Une table pour deux ?

Elle était polie, charmante, et ses deux mains se rejoignaient devant sa poitrine alors qu'elle leur souriait de ces sourires qui servent à maintenir les clients au lieu de les faire fuir chez les concurrents. Jerôme lui sourit en retour et cette fois d'une façon beaucoup plus sobre. Pour répondre à sa question il se contenta de hôcher la tête.

Suivez-moi

Pas de temps à perdre, il fallait remplir les tables et surtout remplir les caisses. Le choix des tables était vaste car à cette heur-ci peu de monde était déjà installé et la plupart des gens assis autour des tables du restaurant venaient à peine d'arriver car beaucoup d'entre-eux n'étaient pas encore servis. Jerôme attendit qu'Emily se mette à suivre la serveuse qui les mènerait à une table isolée, du moins il l'espérait, puis il la suivit également. Quelques pas plus loins ils s'arrêtèrent devant une table à la forme carrée. Personne n'était encore installé autour, c'était parfait.

Celle-ci vous convient-il ?

Oui, merci

Il n'attendit pas l'approbation de la jeune femme. Elle avait choisit le restaurant, alors il s'octroyait le droit de choisir la table où ils mangeraient. Il aimait bien avoir le contrôle, peut-être même que c'était parfois trop, mais c'était presque une quesiton de survie. Alors que la serveuse s'eclipsait juste après avoir assuré aux deux sorciers qu'elle reviendrait très vite, Jerôme tira la chaise la plus proche de lui puis fit le tour de la table pour tirer l'autre chaise et s'y asseoir.

HRPG:
 
Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t971-jerome-donell#2849
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Ven 11 Mai - 18:07








"Une dangereuse affection"




Pour toute réponse, Jerôme s’exprima dans un italien approximatif qui fit sourire Emily tant par tendresse que par taquinerie. Elle l’observa du coin de ses yeux, et, dans un murmure provocateur, elle répliqua :

« On dit Molto Bene, et non pas Multo Bene... »

L'erreur qu'il avait commise ne rendait sa réplique que plus adorable. Emily avait été capable de corriger le quadragénaire grâce à ce qu'elle avait appris d'une conquête passée ; un italien moldu. Bien évidemment, elle ne ferait pas mention de l'origine de ses savoirs, mais l'espèce de rapport de force qui s'était engagé entre la rousse et son amant l'avait encouragée à le corriger.

« Mais je salue l'effort ! » ajouta-t-elle, sincère.

Sur ce, elle avança aux côtés du brun. Les regards que les moldus lui adressaient étaient moins suspicieux que ceux auxquels Emily avait eu le droit dans le pub sorcier. En effet, Jerôme ne faisant physiquement pas son âge et les moldus étant moins observateurs que les sorciers, la rousse avait l’impression d’être moins jugée, ce qui était, il faut bien l’avouer, fort appréciable.

« Une table pour deux ? » demanda la serveuse lorsqu’ils arrivèrent devant elle.

Jerôme acquiesça tandis qu’Emily fixait la femme. Elle avait bien remarqué que les yeux de cette dernière s’attardaient beaucoup sur l’employé du Ministère. Une pointe de jalousie naquit chez la rousse, mais elle la fit bien vite taire, se disant qu’elle devait très sans doute se faire des films, et que même si elle ne s’en faisait pas, elle n’avait pas grand chose à dire.

« Suivez-moi. »

La bibliothécaire ne se fit pas prier : elle passa devant Jerôme et suivit l’employée du restaurant entre les tables et les chaises. Elle s’arrêta alors à côté d’une table pouvant accueillir deux personnes et demanda au brun -Emily était sûre que ça lui était plus adressé à lui qu’à elle, étant donné que c’était lui que la femme fixait- si cette place-là lui convenait.

« Oui, merci. » répondit l’intéressé.

Emily masqua sa jalousie derrière un sourire poli, quoiqu’un peu crispé si on la connaissait bien. Jerôme tira l’une des chaises et invita la rousse à s’y installer. Celle-ci s’exécuta, posant avant tout son manteau sur le dossier de la chaise, puis suivit le brun du regard tandis qu’il prenait place en face d’elle. Une fois qu’il fut assis, elle prit la parole :

« Alors comme ça, vous avez changé de service ? Comment cela se fait-il ? »

Elle avait dit cela tout en posant ses coudes sur la table et en croisant ses doigts à la hauteur de son visage. Attendant la réponse, elle déposa son menton sur ses doigts entre-croisés et fixait le brun dont les lèvres l’attiraient terriblement.

*Cesse donc d’avoir pareilles pensées, ou tu vas réellement finir par t’attacher à lui plus que tu ne le devrais...*

La petite voix qui venait de retentir dans l’esprit d’Emily avait raison. A force d’admirer ainsi le quadragénaire, elle finirait par ne plus pouvoir s’en passer, ce qui pouvait bien être délicat au vu de la réticence flagrante de l’homme à s’engager dans quoique ce soit de sérieux. Peut-être que lui trouver des défauts l’aiderait à ne pas tomber dans un cercle infernal ?

« Je veux dire... Pourquoi vous ont-il mis vous à la tête d’une équipe dans laquelle vous ne travailliez même pas auparavant ? C’est un peu étrange, non ? » ajouta-t-elle pour justifier son questionnement soudain.

Elle espérait presque qu'il lui mente, car s'il lui mentait, elle le saurait, et elle pourrait peut-être s'appuyer sur ce trait de caractère qu'elle détestait pour calmer ses ardeurs. Elle commençait à s'attacher, et même si elle ne se l'avouait pas à elle-même, au fond d'elle, elle le savait. Peut-être que voir d'autres hommes que Jerôme serait une chose à envisager...

Lunatik (c)



______________________________



Voir le profil de l'utilisateur
Jerôme Donell
avatar
Ministère
Revelio
Sang pur Age RPG : 42
Maison : Serpentard
Emploi(s) : - Responsable du Service des nuisibles

Camp : R.O.C.E.H caché
Patronus : Caméléon
Epouvantard : Un Gobelin souriant
Amortentia : L'odeur de brûlé, de la terre, et de la sève
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Sam 12 Mai - 13:04


[quote="Jerôme Donell"]
Les sentiments avant les convictions


15 novembre 2025 vers 19h45


A peine assis, Emily le questionna de manière tout à fait naturelle. Seulement Jerôme ne s'était pas attendu à ce qu'elle parle de son travail au Minsitère. Il était mal à l'aise sur le sujet du fait qu'il ait dû lui mentir à ce propos dès leur première rencontre. Il saisit alors la carte des menus qu'il ouvrit devant sa bouche et son menton pour se cacher un peu. Il se racla la gorge et parcouru les premières lignes de la carte. Au lieu de se raviser et de lui dire qu'il n'avait pas pour obligation de lui répondre, elle renchérit en justifiant sa question. Il n'avait donc pas le choix... Il posa donc la carte sur la table et leva les yeux sur Emily. Elle avait l'air moins à l'aise qu'en temps normal, comme si quelque chose la chagrinait.

Ce sont des choses qui arrivent au Ministère. Le Responsable du Service que je remplace définitivement a été licencié. Au lieu d'engager quelqu'un de nouveau à un poste important, les supérieurs hiérarchiques préfèrent que ce soit queqlu'un de la maison qui prenne le poste.

Encore une fois, son mensonge n'était pas tout à fait faux. Jerôme était devenu Responsable du Service des Nuisibles suite au licenciement de son prédécesseur (bien que ce licenciement eut été provoqué par ses propres méfaits...), seulement c'était il y a quelques années maintenant. Et faut dire que le brun avait tout fait pour entrer au Département de contrôle des créatures magiques. A l'époque c'était l'objectif qu'on lui avait confié en tant qu'espion de ROCEH. Le mieux après cela, c'était d'éviter qu'elle lui pose une nouvelle question.

Et vous ? Pourquoi bibliothécaire à Poudlard ? C'est un choix spécifique ?

C'était sa façon de lui renvoyer la pareille. Elle voulait déchiffrer le sorcier aux nombreux secrets, alors elle devrait se dévoiler davantage. Retirer ses vêtements jusqu'au dernier et se donner à lui n'avait pas suffit à l'aprivoiser, c'était certain. Cette pensée le troubla un moment. Il avala presque douloureusement sa salive comme pour faire passer son envie déchirante de se retrouver une fois de plus seul avec la jolie rousse. Pour paraître le plus détâché possible de leur conversation, il laissa retomber son regard sur la carte ouverte sur la table. L'encart dédié aux boissons était toujours celui qu'il privilégiait. Du coin de l'oeil, alors qu'il lisait sans trop de concentration, il cru voir arriver quelqu'un vers eux. Il redressa son cou et s'aperçu que ce n'était que la serveuse qui revenait certainement pour prendre la commande de l'apéritif au minimum. Dans le dos d'Emily il la surprenait à être très souriante, peut-être un peu trop, mais c'était certainement dû à ce besoin hypocrite de satisfaire les clients, selon Jerôme en tout cas.

Voudriez-vous prendre un apéritif ?

Elle s'était approchée de leur table, à la droite de Jerôme et donc à la gauche d'Emily. De sa chaise, le brun se rendit compte que cette moldue portait une jupe et non un pantalon comme il l'avait cru en arrivant. Cependant il n'attarda pas son regard sur elle. Il lança plutôt un regard interrogateur à celle qui partageait sa table pour l'inciter à donner sa réponse la première.
Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t971-jerome-donell#2849
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Sam 12 Mai - 23:28








"Une dangereuse affection"




Emily écouta attentivement la réponse de Jerôme. Elle avait un peu l’impression qu’il avait tenté de gagner du temps en ne répondant pas à sa question immédiatement et en ouvrant la carte des mets, mais ses paroles ne semblaient pas contenir la moindre trace de mensonge. La rousse, familière à ce genre de méthode, reconnut sans grande difficulté une vérité partielle : tout ce qui était dit par le sorcier était vrai, mais un petit détail lui était dissimulé... Encore fallait-il qu’elle découvre de quoi il s’agissait ! Alors qu’elle s’apprêtait, par des questions toujours plus spécifiques, à creuser un peu pour tenter de trouver le point sensible que le brun évitait d’aborder, elle fut stoppée dans son élan par son interlocuteur qui se mit à la questionner à son tour.

« Et vous ? Pourquoi bibliothécaire à Poudlard ? C'est un choix spécifique ? »

L’employé du Ministère était l’une des rares personnes qui n’était pas au courant des soucis de mémoire d’Emily, et en entendant la question qui lui était posée, cette dernière ne pouvait s’empêcher de penser à cela. Peut-être que c’est ce qu’elle appréciait tant chez Jerôme : le fait qu’il ne la regardait pas comme étant une pauvre petite chose qui n’avait aucun souvenir de son passé. Le choix de retourner à Poudlard était en effet spécifique : à vrai dire, il lui avait été conseillé par le médicomage qui avait suivi son cas de près. Comme si elle parviendrait à trouver de l’aide pour faire face à cette situation dans la carte du restaurant, elle se saisit de celle qui se trouvait devant elle et l’ouvrit.

« Voudriez-vous prendre un apéritif ? »

Emily sursauta presque en entendant la voix s’élever à sa gauche. Bien trop préoccupée par ce qu’elle allait répondre à la question de Jerôme, elle n’avait pas vu la serveuse arriver. Détachant ses yeux de la carte pour les poser sur la femme, elle se rendit compte qu’une fois de plus celle-ci dévorait le sorcier des yeux. Les hommes n’étant pas connus pour remarquer la différence entre une femme agissant de manière professionnelle et les autres, la rousse n’aurait pas été étonnée d’apprendre que Jerôme ne se doutait pas de l’effet qu’il provoquait sur la serveuse. Emily posa ses yeux sur l’homme et remarqua que son regard à lui, avant de glisser sur elle pour l’inciter à répondre en premier, était posé sur la jupe de la serveuse.

« Un verre d’Hush Heath Balfour Brut Rosé, pour moi... » répliqua la rousse sans quitter l’homme du regard. Ce n’est que lorsqu’elle poursuivit qu’elle glissa ses yeux sur la moldue : « S’il vous plaît. »

Sa bouche souriait poliment, mais il était très aisé de voir au fond de ses pupilles sombres une étincelle assassine. Le ton qu’elle avait employé lorsqu’elle avait ajouté la formule de politesse était d’une douce froideur, à faire frémir les plus téméraires. Emily n’était pas d’un naturel possessif ou jaloux, mais il fallait croire qu’elle ne supportait pas aussi bien qu’elle le pensait qu’une autre personne joue sur son terrain en sa présence. Silencieuse, elle attendit que Jerôme commande ce qu’il désirait consommer comme apéritif et que la moldue s’en aille chercher ce qui lui avait été demandé. Ce n’est qu’après un instant sans parole, les yeux rivés sur la carte, qu’Emily se décida à répondre à la question qui lui avait été posée.

« De mémoire, j’ai toujours adoré lire, et c’est pour cela que devenir bibliothécaire était l’une des options qui s’offraient à moi lors de ma recherche d’emploi. Poudlard recherchait justement une bibliothécaire et, vu qu’il m’a été vivement conseillé de retourner au Château, j’ai sauté sur l’occasion... Voilà tout. »

Emily avait décidé d’utiliser la même manière de procéder que son interlocuteur : dire la vérité, rien que la vérité, tout en évitant soigneusement de partager ce qu’elle ne voulait pas partager. Et même si elle avait voulu lui mentir, elle n’aurait pas réussi : elle en était incapable. Si Jerôme avait bien écouté l’entièreté des paroles de la rousse, peut-être parviendrait-il à mettre le doigt sur un détail qu’elle avait donné involontairement et qui pourrait lui permettre de poser LA question qui forcerait Emily à se dévoiler encore plus qu’elle ne l’avait fait. Se rendant compte de cela en repensant à ce qu’elle venait de dire, la sorcière décida qu’il était urgent qu’elle pose à son tour une question. Ce fut donc après un très bref instant de réflexion qu’elle demanda : 



« Est-ce que vous vous y plaisez, au département de contrôle et de régulation des créatures magiques ? Pour quelqu’un qui est potentiellement "du mauvais côté de la barrière" ...» lâcha-t-elle tout en accompagnant ses derniers mots d’un geste fait avec ses indexes et ses majeurs à la hauteur de son visage. Elle poursuivit : « Ce doit être une aubaine, non ? ».

En disant cela, Emily faisait bien évidemment référence aux derniers instants qu’elle avait passés avec Jerôme lors de leur première rencontre. En plus du nom de l’homme, elle n’avait jamais oublié la longue discussion qu’ils avaient eue, et encore moins la manière dont celle-ci s’était terminée : sur une absence totale de réponse à l’une des questions qu’elle avait posée. Laissant le silence s’installer, Emily, imperturbable, fixait de ses yeux bleus l’employé du ministère. Elle avait plus d’une fois repensé au fait que Jerôme pouvait avoir des idéologies politiques extrémistes, ce qui, bien qu’étonnant au vu de l’affection qu’il semblait porter à une Animagus, restait une hypothèse possible et à ne pas écarter. Etrangement, la rousse trouvait la situation plus excitante qu’inquiétante...

« En fait... » ajouta-t-elle avant même qu’il ne réplique. « Ne répondez pas à cette question. » La pointe du pied d’Emily frôla la cheville de Jerôme et, tout en remontant le long de son mollet, elle laissa un sourire provocateur s’inscrire sur ses lèvres et elle ajouta « Car au fond... Cela ne changerait rien. » avant de lui faire un clin d’oeil discret. « Dites-moi juste si vous vous plaisez à ce nouveau poste fraîchement acquis... ». Les bras croisés sur la table, son regard fixé dans celui de l'homme, elle attendit de voir sa réaction.

Lunatik (c)



Dernière édition par Emily Atkins le Dim 13 Mai - 14:58, édité 1 fois


______________________________



Voir le profil de l'utilisateur
Jerôme Donell
avatar
Ministère
Revelio
Sang pur Age RPG : 42
Maison : Serpentard
Emploi(s) : - Responsable du Service des nuisibles

Camp : R.O.C.E.H caché
Patronus : Caméléon
Epouvantard : Un Gobelin souriant
Amortentia : L'odeur de brûlé, de la terre, et de la sève
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Dim 13 Mai - 13:39


Les sentiments avant les convictions


15 novembre 2025 vers 19h45


Le regard fixe et insistant d'Emily interpella Jerôme. Le ton qu'elle employa pour répondre à la serveuse lui paru assez sec. Ce n'est qu'une fois qu'elle tourna la tête vers cette dernière pour lui adresser une formule de politesse que l'homme cru comprendre que la rousse venait de lui envoyer un message sous-entendu. L'avait-elle vu observer la tenue vestimentaire de la serveuse ? Oui, visiblement. Légèrement confus il regarda à son tour la serveuse.

Et un Château les Amoureuses, blanc pour moi, s'il vous plait.

Il se força à lui sourire de manière très brève, comme s'il ne voulait pas échauffer la nervosité d'Emily. Cette fois, il était sûr de son accent français. Cette langue il la connaissait légèrement mieux. Seulement après que la moldue soit partie, la rousse se décida à lui répondre et Jerôme avait décidé de consacrer toute son attention sur elle. Son explicaiton tenait la route. Mais quelque chose paraissait louche. Les sourcils légèrement froncés par le questionnement, Jerôme reprit la parole.

Comment ça...

Mais elle le coupa aussitôt. Il plissa les yeux en entendant ce pique qu'elle venait de lui lancer. Il se demandait si elle était sérieuse, ou bien si elle se jouait de lui comme elle savait si bien le faire. Peut-être qu'elle lui tendait un piège, qu'elle n'attendait qu'une chose depuis le début, l'entendre lui dire la vérité. Peut-être qu'elle comptait le faire arrêter même. C'est vrai, pourquoi serait-il le seul à lui avoir joué un tour ? Elle avait été sa cible, il aurait pu être la sienne. Alors qu'il ne savait pas vraiment quoi répondre sans paraître idiot ou menteur, la voix d'Emily se fit à nouveau entendre.

« En fait... Ne répondez pas à cette question. »

Euhm..

La bouche entr'ouverte, Jerôme se figea en sentant la pointe de la chaussure d'Emily le caresser. Il referma lentement sa bouche. Si elle pensait réellement ce qu'elle disait, lui pensait au contraire que ça changerait beaucoup de chose si elle apprenait ce qu'il avait été capable de faire pour satisfaire les supérieurs du groupuscule. Il ne se sentait pas défaire son regard des yeux brillants de malice d'Emily. Ce côté provocateur qu'il n'avait pas vu tout de suite en la rencontrant lui plaisait de plus en plus à mesure qu'il la voyait.

Oui.. enfin non, pas vraiment. Il reprit ses esprits rapidement pour éviter de livrer trop d'informations. Je fais ce qu'on me demande, ça se passe bien. Et n'est ce pas tout ce qu'on attend des employers du Ministère ?

Il lui adressa un sourire succint. Sa main droite saisit à nouveau la carte pour la lever un peu. Il allait parcourir les différents plats proposés jusqu'à ce qu'il se rappelle qu'il avait une bonne quesiton à poser à Emily. Il hésita cependant car la questionner c'était risquer de recevoir des questions à son tour. M'enfin, il était encore assez doué pour s'en sortir avec des pirouettes, même si sa conquête avait tendance à lui faire tourner la tête au point de le rendre légèrement confus.

Vous avez dis qu'on vous a conseillé de retourner à Poudlard... Pourquoi ?

Comme pour l'encourager à répondre et la mettre à l'aise, il leva son son pied droit et le glissa entre les deux chevilles plus ou moins serrées de la rousse. Son visage ne trahissait pas sa terrible envie de faire grimper son pied un peu plus haut.
Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t971-jerome-donell#2849
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Dim 13 Mai - 17:03








"Une dangereuse affection"




Comme elle s’y était attendu, sa réplique fit mouche. Maintenant, elle n’avait plus vraiment de doute : Jerôme était bel et bien « de l’autre côté de la barrière ». Mais comme elle le lui avait dit avant même qu’il ne réponde : cela ne changeait rien pour elle. Après tout, elle s’était retrouvée bien plus d’une fois seule en sa présence, et il aurait pu lui faire autant de mal qu’il l’aurait voulu, mais il ne lui avait jamais rien fait. Peut-être n’était-ce pas de son devoir de s’en prendre à elle, cependant elle doutait fortement à ce qu’il soit autorisé à la prévenir des potentielles attaques dont elle était la cible. Et pourtant il l’avait fait : il l’avait prévenue et aider à s’enfuir. Mais pour quelle raison ? L’aimait-il ? Peut-être.

Quoiqu’il en soit, tout devenait limpide à présent. Si le sorcier s’était montré si mystérieux, ce n’était pas simplement parce qu’il l’était ; c’était parce qu’il se devait de l’être. Ceci expliquerait également l’absence des Aurors le soir où Emily aurait pu être la victime d’une attaque : le Ministère n’avait pas été au courant du danger qu’elle encourait. Tout ce que la rousse voulait faire, à cet instant précis, s’était se lever et aller refermer ses lèvres sur celles de l’homme qui la protégeait malgré ce qu’il savait sur elle et les risques qu’il encourait pour agir pareillement. Mais elle se retint, se contentant d’écouter ce que Jerôme avait à lui dire.

« Oui.. enfin non, pas vraiment. » Emily ne put s’empêcher de sourire face à la déconcentration flagrante de son interlocuteur. « Je fais ce qu'on me demande, ça se passe bien. Et n'est ce pas tout ce qu'on attend des employés du Ministère ? »

Le fait qu’il ne chercha pas à contredire les sous-entendus d’Emily ne vint que confirmer les impressions premières de celle-ci : elle avait vu juste. Mais à quel point l’homme était-il impliqué dans la défense de ses convictions politiques ? Elle l’ignorait, et peut-être était-ce mieux ainsi. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était espérer que rien n’arrive à Jerôme par sa faute, et qu’il continuerait à prendre soin d’elle comme il l’avait fait jusqu’à présent. Il était en effet possible qu’il retourne sa veste d’un moment à l’autre, mais, si cela arrivait, alors Emily assumerait les conséquences de l’affection qu’elle s’était permise de ressentir.

« Vous avez dit qu'on vous a conseillé de retourner à Poudlard... Pourquoi ? »

Ouvrant la bouche pour répondre aussi vaguement qu’elle le pouvait, elle la referma en sentant le pied de son amant se glisser entre ses chevilles. Sans voix, elle le dévorait du regard. Si elle avait su transplaner, elle se serait levée, l’aurait attrapé par le bras, et l’aurait escorté jusqu’à chez lui pour qu’ils s’y retrouvent seuls et qu’ils puissent ainsi..... Les pensées déplacées d’Emily prirent fin à cet instant car, déjà, la serveuse revenait avec leurs boissons. Posant les consommations sur la table ainsi qu’un petit bol de cacahuètes salées, elle leur demanda s’ils avaient déjà choisi ce qu’ils allaient commander.

« Non, pas encore... » avoua Emily.

« No problemo, faites-moi signe lorsque vous savez ce que vous désirez manger. »

Sur ce, la serveuse s’en alla. La jeune femme en profita pour parcourir très rapidement la liste des mets de ses yeux. Son choix fait, elle posa la carte sur le bord de la table et attrapa son verre à pied. Tendant celui-ci en direction de Jerôme, elle laissa un sourire qui en disait long s’inscrire sur son visage tandis que ses chevilles se rapprochèrent pour étreindre brièvement le pied de l’homme. Passant ses dents supérieures sur ses lèvres inférieures après y avoir fait glisser le bout de sa langue, elle déclara de sa douce voix dans un semi-murmure :

« Aux questions sans réponses immédiates. »

C’était sa façon à elle de faire comprendre à l’homme qu’il ne saurait pas, du moins pas ce soir, la raison pour laquelle il lui avait été conseillé de retourner à Poudlard. Il l’avait bien faite attendre des jours entiers pour qu’elle obtienne une confirmation à ses appréhensions, alors il pouvait bien lui aussi patienter un peu avant d’en savoir plus sur elle. Du moins, tel était le raisonnement d’Emily. Après que leurs verres se soient entrechoqués, la rousse but une gorgée de son rosé et déposa son verre à pied. Posant un coude sur la table et sa tête dans le creux de sa main, elle interrogea l’homme :

« Savez-vous ce que vous désirez manger, monsieur Donell ? Si c’est le cas, je vous laisse faire signe à votre admiratrice pour qu’elle vienne prendre nos commandes, car mon choix est fait ! »

Emily n’avait pas pu s’empêcher de surnommer la serveuse ainsi. C’était sa manière à elle de faire comprendre à Jerôme que la moldue en pinçait pour lui et qu’elle l’avait remarqué. Un léger sourire moqueur se dessina succinctement dans le coin de ses lèvres. Elle n’était pas du genre à être possessive, donc le fait qu’elle le soit avec le quadragénaire était un peu étrange... Quoiqu’il en soit, elle attendait de savoir si son interlocuteur, qu’elle avait appelé volontairement par son nom de famille, avait fait son choix. Elle espérait que la manière dont elle avait évité de répondre à la question suffirait à ne pas mener Jerôme à relancer le sujet.

Lunatik (c)



______________________________



Voir le profil de l'utilisateur
Jerôme Donell
avatar
Ministère
Revelio
Sang pur Age RPG : 42
Maison : Serpentard
Emploi(s) : - Responsable du Service des nuisibles

Camp : R.O.C.E.H caché
Patronus : Caméléon
Epouvantard : Un Gobelin souriant
Amortentia : L'odeur de brûlé, de la terre, et de la sève
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Lun 14 Mai - 15:54


Les sentiments avant les convictions


15 novembre 2025 vers 19h45


Elle allait lui répondre, Jerôme le pré-sentait, elle avait les mots sur le bout de sa langue mais alors qu'elle allait parler, charmée par le pied entreprenant du sorcier, la moldue fit à nouveau irruption. Elle était rapide, peut-être trop rapide même et cette fois il avait presque eut envie de soupirer. Mais après tout c'était agréable d'être vite servit. Les boissons posées, Emily congédia la serveuse illico presto et laissa peser sur eux un silence accablant. Elle se réfugiait à son tour dans le menu, alors le brun saisit son verre et piocha quelques amuses-bouche dans le petit bol. Une légère pression autour de sa cheville le fit lever les yeux vers la rousse qui le dévorait de regard. C'était très déstabilisant mais surtout très plaisant. Au toast qu'elle portait il répondit par un sourire amusé et ne comprit qu'après coup qu'elle venait de sous-entendre qu'elle ne répondrait pas à sa question. Il fit tinter son verre contre celui de la rousse et avala aussiôt une gorgée. Au lieu de glisser dans sa gorge elle sembla se raccrocher aux paroies, comme si le fait qu'Emily lui cache des choses avait du mal à passer.

Il reposa son verre sur la table, sans bruit tandis qu'Emily se détendait totalement. Elle avait cet air presque insouciant que Jerôme avait dû perdre avec le temps. Et lorsqu'elle lui posa une nouvelle question il allait acquiescer, sauf qu'elle n'avait pas terminer. *Mon admiratrice ?*, se répéta-t-il dans sa tête. C'était le genre de chose que pouvait avancer une femme à son mari dans une conversation sérieuse. Un sourire amusé s'afficha sur son visage à cette pensée. Il rit même légèrement, ce qui se faisait assez rare chez lui ces derniers temps. Au lieu d'être effrayé par ce trait de possessivité qu'Emily venait d'avouer à demi-mot, il trouvait la situation pour le moins drôle. Etait-elle réellement possessive ou bien n'était ce que pour jouer ? Il n'aurait su le dire.

J'ignorais que vous étiez de celles qui réservent leur proie. Car c'est ce que je suis, non ? La proie de l'Animagus dont j'ignore encore la forme animale d'ailleurs. Sans doute un prédateur.

Jerôme espérait qu'elle ne réponde pas, et même qu'elle n'ait pas trop le temps de réfléchir à ce qu'il venait de dire. C'est vrai, suggérer qu'Emily prenait Jerôme pour une sorte d'objet c'était un peu trop provocateur pour être bien pris. C'est pourquoi tout en parlant il avait lentement levé la main, le regard dirigé vers le comptoir du restaurant en espérant interpeler la serveuse. En revanche, il aurait réellement aimé qu'elle lui parle de sa forme animale. Il n'aurait su dire si c'était pour son propre intérêt où si c'était pour les Augures qu'il avait laissé ces mots sortir de sa bouche. Sauf qu'imaginer la jeune femme se métamorphoser n'était pas réellement plaisant pour lui. Il sentit malgré lui son pied s'échapper de l'emprise des chevilles d'Emily. L'image d'Emily devenue un félin aussi admirable que dangereux le fit frémir. A ce moment là la serveuse remarqua la main levée de Jerôme et lui sourit avant de se diriger vers eux à la hâte.

Nous avons choisi.

Annonça-t-il alors que la moldue sortait un calepin de la poche de sa jupe rouge. Cette fois il parlerait le premier. C'était certainement ce moment troublant qui lui avait fait oublier la politesse.

Je vous écoute.

Je vais prendre les pâtes à la carbonara, s'il vous plait.

Il se tue immédiatement pour laisser Emily passer commande à son tour. Il eut du mal à la regarder à nouveau et pourtant ses yeux semblaient être irrésistiblement attirés par elle. C'est ce qui devait lui donner son air étrange auquel la serveuse ne ferait sans doute pas attention, elle qui était rivée sur son morceau de papier et son stylo à bille. Il lui fallait une excuse pour éviter de fixer la belle rousse aux lèvres encore humide après le passage de sa langue.

Ah, et vous pouvez ajouter une demie bouteille d'eau minérale. Merci.

Sur quoi, la serveuse leur sourit et s'en alla. Jerôme prit une inspiration inhabituellement plus profonde et saisit à nouveau son verre pour boire une autre gorgée. Celle-ci coula avec encore avec difficulté dans sa gorge.
Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t971-jerome-donell#2849
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Mar 15 Mai - 15:05








"Une dangereuse affection"




"J'ignorais que vous étiez de celles qui réservent leur proie. Car c'est ce que je suis, non ? La proie de l'Animagus dont j'ignore encore la forme animale d'ailleurs. Sans doute un prédateur."

Fixant son verre dont elle frôlait le pied du bout de ses doigts, Emily releva son regard pénétrant sur l'homme. Glissant ses doigts dans le petit bol qui contenait les cacahuètes salées, elle en attrapa une qu'elle fit passer entre ses lèvres, la faisant immédiatement disparaitre dans sa bouche. Suçotant un instant le sel de l'arachide, elle la fit glisser de sa langue entre ses dents et sa joue droite afin de prendre la parole :

"Disons plutôt que je sais ce que je veux, et que je sais comment m'y prendre pour l'obtenir. Je ne réserve pas ; je possède."

Sur cette annonce pour le moins directe elle broya entre ses dents la cacahuète, provoquant par ce geste un bruit distinct de craquement. Sachant pertinemment que ses paroles pouvaient être mal prises, Emily détourna le regard, observant le ciel visible par la baie vitrée. Distraitement, elle attrapa son verre et bu une gorgée de son rosé afin de déloger d'entre ses dents les restes de sa cacahuète. Déjà, la serveuse arrivait.

"Nous avons choisi."

"Je vous écoute."

"Je vais prendre les pâtes à la carbonara, s'il vous plait."

Emily lança un très bref regard surpris à Jerôme, mais celui-ci ne le vit pas. Tournant ses yeux sur la serveuse -ou plus précisément sur la pointe de son stylo qui dansait sur le papier- la rousse attendit qu'elle ait terminé d'écrire pour annoncer ce qu'elle désirait manger. Elle put rapidement prendre la parole de sa douce voie chantonnante. C'est donc accompagné d'un sourire amusé qu'elle annonça :

"Apparemment, les grands esprits se rencontrent, car j'allais prendre exactement le même plat... Par contre, pour accompagner mes pâtes, je souhaiterais un verre de blanc. Je vous fais confiance pour choisir un vin qui se marierait bien avec mon plat."

La serveuse acquiesça et était sur le point de s'en aller lorsque le sorcier demanda de rajouter une demi bouteille d'eau à la commande. La moldue prit note de ce qui venait de lui être dit et partit. Emily attrapa son verre et entama la deuxième moitié de son rosé tout en observant Jerôme. Elle le sondait du regard, comme elle se plaisait à le faire avec les gens qu'elle rencontrait. Après un instant de silence, elle finit par lâcher.

"Vous finirez par l'apprendre tôt ou tard... Que ce soit par les journaux ou par votre neveu, alors autant que vous l'entendiez de ma bouche... Ma forme animale est une buse à épaulettes."

Du coin de l'oeil, elle vit que les manches de son pull prenaient une teinte bleutée. Un rapide regard sur sa tenue lui permit de constater que sa jupe se rallongeait, que ses collants noirs disparaissaient et que ses bottines n'allaient pas tarder à redevenir escarpins. Ravalant un soupire, elle glissa sa main dans la poche de son manteau -qui, elle en était sûre, avait regagné quelques centimètres, et elle en extirpa sa baguette qu'elle cacha sous la table.

*Ce n'est vraiment pas le moment...* pensa-t-elle tout en tournant la pointe de la baguette contre elle-même.

Fort heureusement, la nappe posée sur la table permettait de rendre invisible ce que la jeune femme y fabriquait. D'un informulé, elle métamophosa à nouveau ses vêtements. C'était le risque d'utiliser pareil sort : il ne durait pas bien longtemps... Son pull ayant retrouvé de sa blancheur, ses collants de leur épaisseur puis sa jupe et son manteau de leur longueur, elle afficha un sourire satisfait et rangea sa baguette avant de rapporter son attention sur l'homme.

*Il a vraiment des yeux incroyables...*

Lunatik (c)



______________________________



Voir le profil de l'utilisateur
Jerôme Donell
avatar
Ministère
Revelio
Sang pur Age RPG : 42
Maison : Serpentard
Emploi(s) : - Responsable du Service des nuisibles

Camp : R.O.C.E.H caché
Patronus : Caméléon
Epouvantard : Un Gobelin souriant
Amortentia : L'odeur de brûlé, de la terre, et de la sève
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Mar 15 Mai - 16:14


Les sentiments avant les convictions


15 novembre 2025 vers 19h45


Jerôme n'était pas sûr d'avoir déjà digéré l'annonce que lui avait faite Emily avant que la serveuse n'intervienne. Cette façon qu'elle avait eu de lui faire comprendre qu'il était potentiellement sa chose alors qu'il l'imaginait à ce moment comme une créature dominatrice voire dangereuse avait eu le don de le mettre mal à l'aise. Toute cette situation fit qu'il ne releva le fait qu'elle commanda exactement le même plat que lui. Il avait préféré se taire et éviter les yeux brillants de la rousse. Elle était totalement sûre d'elle, c'est ce qui devait contribué au fantasme effrayant de Jerôme qui n'était plus réellement présent au moment où il reposa son verre à moitié vide sur la table.

"Vous finirez par l'apprendre tôt ou tard... Que ce soit par les journaux ou par votre neveu, alors autant que vous l'entendiez de ma bouche... Ma forme animale est une buse à épaulettes."

L'homme se senti lentement sortir de sa rêverie en entendant à nouveau la vois de la jeune femme. La première chose qui l'interpela fut l'allusion faite à Gregory. Il réservait quelque chose à ce garçon depuis quelques jours et savoir qu'Emily avait en quelque sorte un oeil sur lui lui donnait d'autant plus d'assurance. Peut-être qu'elle saurait le renseigner en toute ignorance de la réelle rélation que Jerôme entretenait avec son neveu. Mais ce qui fit davantage écho dans son discours fut l'animal en lequel la rousse se métamorphosait. Une buse à épaulette... Il n'oublierait pas cet oiseau. Sans être sûr de ce à quoi une buse de cette espèce devait ressembler, il était certain qu'il s'agissait bien d'un prédateur. A cette idée il ne pu empêcher son avant bras de remonter son verre à ses mèvre pour avaler une nouvelle longue gorgée de vin blanc.  

Ah... alors vous pouvez voler !

S'exclama-t-il sans hausser le ton pour autant. Il n'avait pas songer à cela mais tout Animagus capable de se métamorphoser en volatil pouvait déployer ses ailes et se déplacer ainsi, même sur une courte distance.. Cette fois Jerôme reposa lourdement son verre, seulement par inadvertance. Il cru voir qu'Emily semblait préoccupée par quelque chose sous la table. Songeant qu'il s'agissait d'affaires intimes ou du moins féminines, il ne s'aventura pas à lui proposer son aide ni même à s'en mêler. De toute façon, voilà qu'elle venait de re concentrer son attention sur la soirée qu'ils partageaient. Elle le regardait et à nouveau Jerôme se senti comme lors de leur premier face à face : étrangement troublé. Alors ces mots dépassèrent sa pensée.

Je ne suis pas sûr que vous vous rendiez compte à quel point vous avez du charme.

C'était sorti comme ça, dans une voix basse et assez grave. Il n'avait pas réfléchit et s'était simplement laissé penser à haute voix. Il aurait pu ajouter que bien sûr ça n'était en aucun cas la cause de leur première rencontre innatendu au Ministère et que ça n'avait pas été non plus la cause de leur seconde rencontre "fortuite" aux Trois Balais, et qu'une fois encore ce n'était pas la cause de leur rendez-vous de ce soir. Cependant, s'il était atablé dans ce restaurant moldu avec elle, c'était exclusivement parce qu'il s'était laissé tenté par le charme indescriptible d'Emily. Ce qui était difficile à déterminer c'est s'il le regrettait.

Ou peut-être que.. vous en êtes justement tout à fait consciente.

Evidemment. Sous ses airs d'innocente créature, Emily pouvait très bien cacher son jeu. Et petit-à-petit, Jerôme considérait cette option comme de plus en plus probable. C'était assez déstabilisant au point qu'il ne sache plus quoi dire.
Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t971-jerome-donell#2849
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Mar 15 Mai - 21:16








"Une dangereuse affection"




Alors qu'elle était totalement hypnotisée par les yeux bleus de son interlocuteur, ce dernier constata à voix haute qu'Emily pouvait, au vu de sa forme animale, voler. La rousse se contenta d'hocher la tête, un vague sourire inscrit sur ses lèvres rosées et gardées légèrement humides grâce à la boisson qu'elle buvait à intervalles plus ou moins réguliers. Elle ne savait pas si c'était une bonne ou une mauvaise chose qu'elle ait la possibilité de se déplacer par la voie des airs sans avoir à user de matériel, qu'il s'agisse d'un balais ou de sa baguette magique. C'est pour cette raison, entre autres, qu'elle n'avait rien dit. Après tout, que pouvait-elle dire ? Se vanter ? Ce n'était pas son genre... Alors qu'Emily dévorait Jerôme des yeux, celui-ci reprit la parole :

"Je ne suis pas sûr que vous vous rendiez compte à quel point vous avez du charme. Ou peut-être que... vous en êtes justement tout à fait consciente."

Emily sentit ses joues s'empourprer. Elle ouvrit la bouche pour répondre, mais aucun mot ne lui vint. Elle se contenta donc de sourire et laissa un doux rire s'échapper. Ne parvenant plus à soutenir le regard juste à tomber de Jerôme, elle dut rompre le contact visuel pour ne pas succomber à son envie de se lever de sa chaise pour se pencher sur la table et ainsi embrasser son amant. La rousse avait toujours été facilement touchée par les compliments que les gens faisaient sur son physique. Mais là, le sorcier n'avait pas commenté ses courbes ou un quelconque aspect corporel, non, il avait parlé de son charme qui était une chose bien plus complexe. En effet, il s'agissait d'un phénomène non pas visible, mais qui émanait d'une personne, ce qui était par conséquent tout à fait différent.

"Je... Disons que je..." commença par dire Emily.

Après avoir observé la nappe blanche et détourner le regard en direction de la fenêtre, la jeune demoiselle avait fini par se rendre à l'évidence qu'elle allait bien devoir cesser de sourire bêtement sans donner de réponse. Elle s'était donc mordu l'intérieur de la joue avant de réussir à prendre la parole. Mais le fait était qu'elle n'avait aucune idée de ce qu'elle voulait dire. C'est pour cette raison que seul un début de phrase à peine compréhensible avait franchi ses lèvres. Se mettant mentalement une claque, Emily prit une profonde inspiration pour tenter de retrouver son calme et reprendre le contrôle de ses émotions. Elle avait rarement été aussi touchée par un compliment... Etait-ce parce qu'il venait de Jerôme ? Sans doute.

"Beaucoup d'hommes ont complimenté mon physique, et je sais m'en servir pour obtenir ce que je veux lorsque cela s'avère nécessaire... Mais votre remarque me fait réellement plaisir, et je vous en remercie." Elle marqua une courte pause avant de poursuivre : "Il faut dire que vous ne manquez pas de charme, vous aussi... Il n'est d'ailleurs pas étonnant que vous ayez tapé dans l'oeil de la serveuse. A vrai dire, je pense que vous faites de l'effet à bien plus de femmes que vous ne le pensez. Mais vous devez sans doute déjà savoir que vous pouvez obtenir tout ce que vous voulez de la gente féminine ! Je parierai même sur le fait que vous en profitez, du moins, c'est ce que me fait dire cette magnifique marque qui décore votre cou."

En disant ses derniers mots, elle abaissa son regard sur la première chose qu'elle avait remarquée en voyant Jerôme. Une certaine pointe de jalousie vint refaire surface au fond d'elle. Elle tentait de se représenter mentalement ce que l'homme et la femme qui lui avait infligé cela avaient bien pu faire pour en arriver là. Noyant ses questionnements dans une gorgée de rosé, elle se força à afficher un faible sourire, comme pour faire croire qu'elle trouvait ce fait plus amusant qu'agaçant. Toutefois, une petite lueur au fond de son regard attestait du fait qu'elle n'avait pas encore accepté la désillusion dont elle avait été la victime. Poussée par une force interne qu'Emily n'aurait pas su nommer, elle plongea son regard dans celui du sorcier et s'entendit dire :

"Vous savez, monsieur Donell, je vous apprécie énormément. Et peut-être même plus que de raison."

Lunatik (c)



______________________________



Voir le profil de l'utilisateur
Jerôme Donell
avatar
Ministère
Revelio
Sang pur Age RPG : 42
Maison : Serpentard
Emploi(s) : - Responsable du Service des nuisibles

Camp : R.O.C.E.H caché
Patronus : Caméléon
Epouvantard : Un Gobelin souriant
Amortentia : L'odeur de brûlé, de la terre, et de la sève
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Mer 16 Mai - 13:53


Les sentiments avant les convictions


15 novembre 2025 vers 19h45


La réaction inhabituellement confuse de son interlocutrice éveilla la curiosité de Jerôme. Il lui sembla que ses joues changeaient légèrement de couleur et elle venait de bégayer quelque chose qui n'avais pas vraiment de sens. Quelque chose disait au brun qu'Emily n'était pas en trian de feindre l'embarras. Elle avait l'air réellement touchée parce qu'il venait de dire et pourtant ça n'avait pas réellement été l'effet escompté. Lorsqu'elle réussi enfin à mettre les mots sur la situation, il l'écouta attentivement, ne sachant comment se tenir. Il posa simplement ses mains à plat sur la table, paumes vers le bas.

Il avala sa salive en l'entendant avouer qu'elle savait jouer de sa plastique. Mais la suite lui plu d'autant plus parce que c'était vrai. Jerôme n'avait pas cédé au corps d'Emily mais à son charme. Parce qu'après tout, des femmes aux formes harmonieuses il n'était pas si difficile d'en rencontrer. Mais l'effet qu'avait provoquée la bibliothécaire chez le sorcier n'avait rien à voir avec le physique, quoiqu'un peu tout de même car ses yeux l'avaient certainement ensorcelé.Ce moment des avoeux intimes devenait un peu gênant pour Jerôme et pourtant il prenait tout ce qu'Emily lui attribuait avec beaucoup de plaisir. Néanmoins, il senti le malaise très vite s'intaller une nouvelle fois lorsqu'elle s'égara sur le sujet de cette cicatrice qu'il avait autour du cou. Inutile d'être fin observateur pour s'apercevoir que la jeune femme était profondément déçue de savoir qu'il avait pu jouer avec une autre femme si peu de temps après leur nuit intense et leur matinée torride. En y repensant, il se maudissait de lui avoir servit cette excuse qui cependant était la plus convainquante. Elle lui souriait de ce petit air faux et la brun s'en sentait terriblement mal. Sa culpabilité décupla lorsque la rousse termina par une phrase aucunement énigmatique. Il senti sa gorge se serrer et ses deux mains s'enfoncer dans la table de bois avec lourdeur.

Il aurait voulu lui dire que c'était faux. Aucune femme n'avait partagé ses nuits depuis celle qu'ils avaient partagée, et d'ailleurs il n'avait pas eu la tête à cela une seul fois. Il aurait ajouté que l'envie de toucher une femme après tout ça n'aurait pu être que fade et insatisfaisant. Sauf qu'il mettrait ainsi en péril sa couverture et qu'il faillirait à sa propre volonté qui est d'éloigner Emily des Augures et de ces histoires.

Vous savez bien que c'est réciproque, Emily.

Alors il avait choisi de le lui dire autrement. Il ne reniait pas ses dires précédents qui rendaient responsable de cette cicatrice une autre femme, mais il dévoilait ses propres sentiments. C'était plus fort que lui cette fois. Il aurait aussi pu lui mentir ouvertement, lui dire qu'il n'avait rien à faire d'elle et de ses sentiments. Au moins l'affaire aurrait été close pour de bon, sûrement. Mais au fond il n'avait aucune envie de la condammner. Il sentit ses yeux papilloner au moment où il songea que tout ça était ridicule. Elle l'appréciait énormément, et lui l'appréciait tout autant, voire plus encore, mais ça pouvait pas durer.

L'arrivée de la serveuse vint briser cette étrange ambiance qui s'était installée à leur table. Elle tenait une assiette dans chaque main et souriait toujours énormément, enfin jusqu'à ce qu'elle se rende compte qu'elle arrivait au moment le moins propice certainement. Son sourire se dissipa un tout petit peu alors que Jerôme levait la tête vers elle pour l'inciter à reprendre son sourire et à ignorer tout ça, ce qu'elle fit. Elle déposa alors l'assiette d'Emily puis celle du brun, par galanterie.

Voilà. Je vous souhaite un bon appétit.

Jerôme se força un peu à répondre : Merci. Mais au lieu de s'échapper, la serveuse reprit la parole.

Si vous avez besoin de quoique ce soit d'autre, n'hésitez pas...
Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t971-jerome-donell#2849
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Mer 16 Mai - 15:48








"Une dangereuse affection"




Regrettant d'avoir avoué pareille chose à son interlocuteur, Emily attrapa son verre et but très lentement des petites gorgées du peu de rosé qui lui restait. Elle espérait presque qu'il n'avait pas entendu sa révélation. Elle eut de la peine à faire descendre dans sa gorge les dernières gouttes de sa boisson. Terriblement gênée par ses propres paroles, elle s'apprêtait à s'excuser et retirer ce qu'elle venait de dire après avoir déposé son verre vide sur la table, mais Jerôme annonça :

"Vous savez bien que c'est réciproque, Emily."

Non, elle ne le savait pas, et c'est très certainement pour cette raison-là qu'elle ne put s'empêcher d'ouvrir de grands yeux étonnés. Venait-il réellement de dire ce qu'elle avait entendu ? Il n'y avait aucun doute à cela. Et il ne mentait pas, ou du moins, il n'y avait aucune trace de mensonge ou de vérité déformée sur son visage ou dans le ton qu'il avait employé. Le coeur d'Emily se mit à battre à toute allure. Est-ce que l'attirance et, pour utiliser les grands mots, l'amour qu'elle ressentait étaient siens ou s'agissait-il uniquement de ce qui était éprouvé par son interlocuteur ? La rousse n'en savait rien. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'elle ne devait pas laisser les choses aller plus loin. Et pourtant, elle avait envie de les laisser se poursuivre. Elle était tiraillée par deux forces opposées : la raison de son esprit et les caprices de son coeur. Emily savait que sa relation avec Jerôme était dangereuse, tant pour lui que pour elle. D'autant plus qu'elle s'était juré de ne pas s'engager dans une relation exclusive tant qu'elle n'avait pas retrouvé au moins une partie de ses souvenirs. Car comment pouvait-elle apprendre à découvrir quelqu'un si elle ignorait presque tout d'elle-même ? Son coeur avait apparemment fini par gagner la bataille, car elle s'apprêtait à poser sa main droite sur celle du quadragénaire... A peine sa peau avait-elle frôlé la sienne, la serveuse fit son apparition à côté d'eux.

"Voilà. Je vous souhaite un bon appétit." annonça la moldue après avoir déposé les plats devant les clients.

Emily avait immédiatement retiré sa main de celle de Jerôme en apercevant la serveuse. Après tout, c'était probablement mieux ainsi. L'attachement, surtout celui-ci, était à éviter. Mais... Etait-ce trop tard ? Peut-être. La serveuse annonça que, s'ils désiraient quoique ce soit d'autres, ils ne devaient pas hésiter. La bibliothécaire, qui lança avant tout un bref regard en direction de son amant pour s'assurer qu'il ne s'apprêtait pas à demander quelque chose, se permit de répondre pour les deux :

"C'est tout bon pour l'instant... Merci."

Elle avait dit cela sur un ton dénué de toute émotion, ses yeux fixant le visage de la serveuse, mais son regard semblant être perdu au loin, comme si elle était en pleine réflexion. Se forçant à faire un bref sourire poli, elle suivit la moldue de ses yeux tandis que celle-ci s'emparait de son verre vide et s'en allait, immédiatement remplacée par sa collègue qui arrivait avec le plateau sur lequel se trouvaient les boissons que les deux clients avaient demandées en accompagnement de leur repas. Emily se retint de justesse de lever les yeux au ciel en voyant que cette serveuse-là, une trentenaire blonde, semblait lancer des regards intéressés à Jerôme. A la voir agir ainsi, il n'était pas bien compliqué de comprendre que sa collègue et elle avaient manigancé cette petite mise en scène pour lui permettre de voir le quadragénaire de plus près. Elle leur souhaita un "bon appétit" auquel Emily ne répondit pas et s'en alla. La bibliothécaire s'attarda alors sur le contenu de son assiette. Le plat était joliment présenté, mais grand au point où elle doutait de sa capacité à en manger l'entièreté. Il faut dire qu'elle était plutôt du genre à avoir un appétit de moineau... S'emparant de sa fourchette, elle releva son regard sur Jerôme et fut un instant troublée par son regard. Elle reprit bien vite ses esprits et lui souhaita d'un ton jovial :

"Bon appétit à vous !"

Suite aux échanges des mondanités d'usage en pareille occasion, la rousse planta sa fourchette dans sa montagne de pâte et en enroula quelques une entre les dents de son service d'argent. Elle goutta alors et constata que la sauce était tout simplement parfaite. Affichant un sourire satisfait, elle avala sa bouchée et attrapa sa serviette pour essuyer la petite goutte de sauce qui se trouvait aux coins de ses lèvres. Sortie de nulle part, elle posa la question suivante tout en s'emparant de son verre de vin blanc :

"Dites-moi Jerôme... Ne risquez-vous rien à me côtoyer ? Je veux dire... Je suis une Animagus, et vous faites de toute évidence partie de ceux qui sont contre ces pratiques et bien d'autres choses encore. Alors déjà, pourquoi n'êtes-vous pas repoussé par ma personne ? Et ensuite, promettez-moi que vous ne vous mettez pas en danger en passant votre temps à mes côtés... Je ne pourrais tolérer que quelque chose vous arrive par ma faute." avoua-t-elle avant de tremper ses lèvres dans sa boisson. Elle attendait la réaction du quadragénaire en l'observant par-dessus son verre.

Lunatik (c)



______________________________



Voir le profil de l'utilisateur
Jerôme Donell
avatar
Ministère
Revelio
Sang pur Age RPG : 42
Maison : Serpentard
Emploi(s) : - Responsable du Service des nuisibles

Camp : R.O.C.E.H caché
Patronus : Caméléon
Epouvantard : Un Gobelin souriant
Amortentia : L'odeur de brûlé, de la terre, et de la sève
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Mer 16 Mai - 16:54


Les sentiments avant les convictions


15 novembre 2025 vers 19h45


Le contact inattendu de la main d'Emily sur la sienne l'avait fait légèrement frissoner mais il avait duré trop peu de temps pour que ce soit agréable. Pour Jerôme il semblait évident que c'était pour se cacher de la serveuse qu'elle avait rapidement retiré sa main. La différence d'âge des deux sorciers lui alors en pleine figure comme une claque qu'on lui aurait donné pour qu'il se réveille d'un rêve un peu trop bruyant. Et maintenant il se trouvait bien bête d'espérer qu'il se cache quoique ce soit de très sérieux derrière les confidences de la jeune femme... Après le défilé des deux moldues, il attrapa son verre et le fini d'une traite.

Le regard qu'Emily dédiait à son assiette encouragea celui de Jerôme à faire de même. Leur deux présentations avaient l'air d'être identiques, aussi identiques que si les plats avaient été préparés par des sorciers. En tout cas, ça avait le mérite de faire renaitre cet appétit que le brun avait ressenti lorsqu'il était entré dans le restaurant. Ca sentait bon.

Bon appétit.

Renchérit-il, avec un petit sourire. Il laissa retomber ses yeux sur son assiette et après s'être muni de ses couverts, piocha dedans sans retenue. Emily mangeait déjà, il l'imitait mais alors qu'elle prenait une bouchée, il eut le temps d'en avaler deux. Pendant un instant, il eut peur que la conversation ne reprenne pas et que le repas se déroule dans un silence embarrassant comme celui-ci. Sauf que son amante était assez bavarde pour relancer la discussion. Seulement, Jerôme aurait préféré qu'elle change de sujet. Qu'est-ce que c'étaient que ces questions ? Sentant son égo de sorcier qualifié touché, il lâcha sa fourchette qui tomba bruyamment sur le rebord de son assiette.

Et vous, puisque vous êtes persuadée que j'appartiens au groupuscule ROCEH, pourquoi avez-vous insisté pour passer cette soirée en ma compagnie ?

C'est en prononçant ces mots sans réfléchir qu'il se rendit compte d'une chose. En y songeant plus amplement, Jerôme réalisa qu'il était tout à fait possible qu'Emily fasse partie de l'autre camp, c'est-à-dire de la NSALAE, et même qu'elle soit une sorte d'espionne elle aussi et qu'elle le livrerait tôt ou tard au gouvernement. Ca devenait trop dangereux et trop suspicieux.

Je n'aurai pas dû accepter. Je regrette...

Jerôme secoua la tête d'un désespéré et désolé. Il attrapa la serviette qui lui était dédiée et s'essuya la bouche avec avant de la reposer sur la table et de se lever.

Il faut que j'aille aux toilettes.

Il avait parlé d'une voix ferme qui ne laissait pas le choix à Emily. Il ne la regardait plus. D'un pas décidé il s'enfonça dans le labyrinthe de tables en direction du comptoir. Au fur et à mesure qu'il avançait il finit par découvrir l'emplacement de la porte des sanitaires juste à droit du bar. Alors qu'il poussait la porte pour y entrer il crut entendre la voix de la moldue qui les avait servit jusqu'à maintenant ("Est-ce que tout va bien, monsieur ?"), mais il avait déjà filé et la porte retomba derrière lui. Seul dans cette pièce carrelée il préféra agir sans trop réfléchir par peur de changer une nouvelle fois d'avis. Cette fois il l'abandonnerait sans payer la note et elle lui devait bien ça. Les yeux fermés, après un soupire d'agacement, il transplana et disparu ainsi en quelques secondes.
Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t971-jerome-donell#2849
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   Jeu 17 Mai - 19:44








"Une dangereuse affection"




En entendant la question que Jerôme lui posa, Emily retira son verre d'entre ses lèvres et le déposa sur la table, s'apprêtant à lui dire de manière plus explicite ce qu'elle pensait, vu que le sous-entendu qu'elle avait fait auparavant ne suffisait de toute évidence pas. Elle ouvrit en effet la bouche pour lui expliquer, entre autres, qu'elle se fichait pas bien mal du groupe dont il faisait partie, au vu de la manière dont il la traitait ; avec bienveillance et respect. Malheureusement pour elle, elle n'eut pas l'occasion de lui faire part de cela, car déjà il reprit la parole pour dire qu'il n'aurait pas dû accepter ce rendez-vous et qu'il regrettait. Emily sentit sa gorge se serrer immédiatement. Sa bouche devint sèche et ses mains se crispèrent. L'homme attrapa sa serviette et essuya ses lèvres avant de se lever sans adresser le moindre regard à son interlocutrice. Cette dernière se leva d'un bond et tendit la main pour attraper le poignet de Jerôme, mais ses doigts se refermèrent dans le vide. La gorge nouée, elle ne parvint pas à dire quoique ce soit. Le brun annonça qu'il devait aller aux toilettes. Se rasseyant sur sa chaise, Emily fixait la porte par laquelle l'homme avait disparu, hébétée.

"Mademoiselle ? Est-ce que quelque chose ne va pas avec votre plat ?" demanda la serveuse qui s'approchait d'elle.

"Tout va bien avec le plat..." répondit avec peine la rousse qui ne parvint même pas à faire apparaitre un sourire poli sur ses lèvres.

Tournant les talons sans sembler pour autant rassurée, la moldue retourna à son travail. Attrapant machinalement sa boisson, Emily but une gorgée de son vin blanc. Se forçant à manger encore quelques fourchettes de pâtes, elle ne put ignorer que le temps qui s'écoulait se faisait de plus en plus long. Lorsque la serveuse vint la questionner pour si le plat lui convenait, la rousse en profita pour demander si quelqu'un pouvait se rendre aux toilettes pour aller vérifier si son compagnon de soirée allait bien. La moldue s'en alla parler avec un de ses collègues et, lorsque ce dernier revint dans la salle la mine grave, Emily comprit : Jerôme avait transplané. La serveuse vint lui annoncer la nouvelle que la rousse avait réussi à déduire. Congédiant l'employée d'un geste de la main presque hautain, la bibliothécaire retint ses larmes. Se mordant la lèvre inférieure jusqu'au sang, elle ne put empêcher quelques larmes de couler le long de ses joues. Attrapant son verre de vin, elle le vida d'une traite. Se levant après avoir essuyé de sa serviette ses larmes, elle se saisit de son manteau et se dirigea vers la sortie. Arrivée devant la serveuse, elle vérifia d'un bref regard que personne ne l'observait.

"Vous partez, mademoiselle ?" demanda la serveuse dont le regard mi-attristé mi-interrogateur jaugeait Emily.

"Confunfo." murmura la rousse dont la baguette était dissimulée dans la manche de sa veste.

"Bonne fin de soirée à vous, et au plaisir de vous revoir dans notre restaurant !"
lâcha la serveuse dont le regard était devenu soudainement vide.

Tournant les talons sans répondre, Emily s'en alla. La moldue allait être persuadée qu'elle avait reçu l'argent de la part de la rousse. Si la bibliothécaire avait eu de l'argent moldu sur elle, elle aurait payé la note, mais le fait était que seuls des gallions et des mornilles se trouvaient au fond de sa poche, dans sa bourse. Telle une ombre sans âme, la jeune femme traversa le hall de la galerie marchande et sortit. L'air frais frigorifia son visage encore légèrement humidifié par sa tristesse. Elle pleura plus d'une fois, en silence, tandis qu'elle traversait les rues de Londres. Lorsqu'elle arriva en plein milieu de la nuit chez une amie de ses parents, cette dernière s'inquiéta de son état de santé. Elle parvint à la rassurer et à la convaincre de l'emmener par un transplanage d'escorte devant le portail de Poudlard. Emily regrettait. Elle aurait voulu utiliser un retourneur de temps pour changer cette fin de soirée. Oserait-elle recontacter Jerôme pour lui présenter ses excuses ? Peut-être. Peut-être pas. Pour l'instant, tout ce dont elle était sûre, c'est qu'elle se sentait mal, et qu'elle était encore plus seule que jamais.

[Fin du RP.]

Lunatik (c)



______________________________



Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revelio
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Commerces moldus   


Commerces moldus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wingardium Leviosa :: Londres :: Rues de Londres :: Côté Moldu-