............................................. Levez le voile sur le monde magique inspiré de JK Rowling, en 2025...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionPortailS'enregistrer

Partagez | 
 

 La salle de musique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La salle de musique   Lun 2 Avr - 21:13






"Oublier est frustrant,
mais savoir sans se souvenir
l'est d'autant plus.
"




Tandis qu’elle jouait sans se soucier de savoir si quelqu’un l’entendait, Emily vit du coin de l’oeil la porte s’ouvrir. Un jeune homme fit son entrée, souriant tout en fixant la bibliothécaire. Elle le connaissait : il s’agissait de Kalis Antoy, un Serdaigle avec qui elle avait déjà discuté une fois ou deux. Les mains de la jeune femme continuaient de danser sur les touches. Elle continuait à siffler les paroles qu’elle avait oubliées et elle fut bien vite accompagnée par l’élève. Alors que la dernière note retentissait, le Serdaigle se mit à applaudir. Amusée, Emily souriait tandis que Kalis s’accoudait au piano.  

« Pas mal. Vous en faites depuis longtemps ? »

Elle s’apprêtait à répondre lorsqu’il enchaîna avec une seconde question : il lui demandait ce qu’elle faisait en ces lieux toute seule.

« A vrai dire, je n’en sais rien : ça fait partie des choses que j'ai oubliées suite à mon accident... » avoua-t-elle en haussant très légèrement les épaules avant de les rabaisser. « Quant à ce que je fais ici, je crois que la réponse est évidente ! » répondit-elle avec un sourire en coin. « Je profite de ma pause pour m’échapper d’entre les livres ! »

Tandis qu’elle parlait, Kalis s’approchait. Il s’arrêta non loin d’elle, la forçant à lever la tête pour le regarder dans les yeux. Le Serdaigle avait toujours été poli avec elle, et il ne lui avait jamais causé d’ennuis dans la bibliothèque. Elle n’avait pas l’impression qu’il s’agissait d’un élève compliqué, comme elle l’avait pourtant souvent entendu de la part d’élèves en pleine discussion aux tables de travail ou entre les rayons. Ses yeux bleus rivés dans ceux de Kalis, elle demanda de sa voix douce et apaisante :

« Et vous alors, que faites-vous ici au lieu de profiter de votre temps libre pour réviser ? »
Son sourire taquin et la lueur malicieuse qui brillait dans son regard laissaient comprendre qu’elle n’était pas réellement sérieuse dans ce qu’elle disait. Pointant d’un doigt les touches du piano, elle demanda : « Vous désiriez jouer ? ».

Avant même d’obtenir une réponse, elle fit de la place à Kalis en se décalant sur le bord du grand tabouret rectangulaire qui pouvait tout à fait accueillir deux personnes. Elle espérait qu’il réponde oui et qu’il s’asseye. Qui sait, peut-être que s’il se mettait à jouer une musique qu’elle connaissait elle pourrait l’accompagner ? Mais après tout, qu’est-ce qui lui faisait croire que le Serdaigle savait jouer de cet instrument ? Il était fort possible qu’il ne sache même pas faire un accord !

Lunatik (c)



______________________________



Voir le profil de l'utilisateur
Kalis Antoy
avatar
Eleve Serdaigle
Revelio
Sang pur Age RPG : 17
Maison : Serdaigle
Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La salle de musique   Mar 3 Avr - 23:04



Un accident ? Quel accident ? Sans doute que des rumeurs avaient courus les couloirs à ce sujet, mais il ne les avait pas entendu. A moins que cette histoire soit restée planquée dans l'Ombre. Toujours est il qu'au fond, il n'en avait strictement rien à faire.  Puis ce mot qui s'échappa d'entre les lèvres de la jeune femme... réviser. Non, sérieusement, réviser ? Lui ? La plupart du temps, soit il bossait pas et se ramassait quand même des bonnes notes, soit il en rapportait des mauvaises et n'y prêtait guère attention. Dans tous les cas, Kalis n'avait jamais porté une si grande attention que ça au boulot. Il liait facilement "travail" et "manque de liberté". Mais enfin.. dans ce monde, il faut bien bosser pour vivre apparemment. Qu'elles foutaises. Il se contenta d'observer longuement la bibliothécaire, avant de lui adresser un tendre sourire qui ne lui ressemblait pas, mais qui était tout de même ponctué d'un petit rictus moqueur et amusé.

- Moi ? Bosser ? Sérieusement ?, fit il à voix haute doucement.

Si elle avait déjà entendu parler de lui, elle devrait savoir que le jeune Antoy n'était pas particulièrement réputé pour ses efforts fournis en cours. La plupart du temps qu'il passait, le cul posé sur ces foutus chaises, c'était pour rêver. Il rêvait qu'il partait loin et ne revenait jamais. Un jour, ça arrivera, il en était sûr. En attendant, il était prisonnier ici, dans c'monde qu'il trouvait fade, rempli de gens fades, et de choses fades si on ne regardait que la forme et pas le fond. Quand la jeune femme lui proposa enfin de jouer, quelque chose sembla se réveiller en lui. Quelque chose de léger, comme la danse d'une plume dans le vent, comme le souffle d'une brise fraîche caressant sa joue.

Un piano... Jouer du piano.
Faire du piano.
Beaucoup de gens peuvent faire du piano.
Mais peu savent vraiment en jouer.
Qui sait vraiment en jouer ?

Il ne s'en vantait jamais, mais sans même avoir pris de cours dans quelconque matière, arts, Kalis savait se débrouiller. Un piano, il en avait un chez lui et souvent, quand ses parents étaient absents, il y passait des heures durant dessus. Quand il se rendit compte qu'il se mordait la lèvre, comme par envie, il ne voulut plus lutter et se décolla de l'instrument pour imposer un peu de place à la jeune femme en s'asseyant sur le bord du tabouret.Dans un premier temps, hésitant, le jeune homme fit simplement survoler ses doigts au-dessus de chaque touche, comme s'il voulait les apprivoiser avant de les contrôler. Il en caressa le contour de chacune, laissant le temps à son esprit et ses souvenirs de se rappeler d'un accord, d'un morceau, quel qu'il soit.

Il devait se rappeler d'au moins un seul, non, merde ?
Un seul petit morceau.
Concentre toi Kal.


Il ferma doucement ses paupières, et son esprit; comme chamboulé par la force d'un tourbillon de souvenirs, fouilla au plus profond de lui même. Les efforts portent toujours leur fruit, et au bout d'un moment, qui lui parut interminable, il inspira doucement, comme s'il ne voulait pas briser sa concentration. Et posa ses deux mains à distance raisonnable l'une de l'autre. Alors il se mit à jouer un air. Un air qui réveillait ses sens, un air qui savait le faire frissonner, voler; une mélodie qu'il avait tant joué, des centaines de fois. Une seule mélodie, douce et palpitante, flottant dans les airs, dont les notes s'envolaient dans le vent et disparaissaient dans le secret.

Ce morceau.
Cette mélodie.
Ces notes.
Comme des perles rares; comme une lueur qui enflammait doucement son coeur et le faisait vibrer.

"Comptine d'un autre été."
Voir le profil de l'utilisateur
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La salle de musique   Jeu 5 Avr - 2:24






"Oublier est frustrant,
mais savoir sans se souvenir
l'est d'autant plus.
"




Comme elle s'y attendait, l'élève semblait très étonné suite à sa première remarque, mais il lui adressa bien vite un sourire avant de lui demander doucement -sans pour autant chuchoter, car après tout, il ne se trouvait pas dans la bibliothèque !- si elle était sérieuse. Il dut comprendre qu'elle ne l'était pas. Kalis n'avait pas interrogé la rousse concernant l'accident qu'elle avait mentionné. Soit il en avait déjà entendu parlé, soit il ne voulait pas s'immiscer dans la vie de la bibliothécaire. Alors que certaines personnes auraient été soulagées d'avoir échappé à un interrogatoire et que d'autres auraient été outrées face au manque d'intérêt flagrant de l'élève, Emily ne ressentait aucune de ces choses. Elle n'aurait pas été gênée de répondre à ses interrogations, mais elle ne prit pas pour autant personnellement l'indifférence du Serdaigle. La dernière question qu'avait posé la rousse changea du tout au tout le comportement de Kalis. Celui qui était qualifié par beaucoup comme étant insaisissable et stoïque se mua en une source d'envie, d'hésitation et de souvenirs. Il vint s'asseoir aux côtés d'Emily et prit son temps avant de se mettre à jouer. La bibliothécaire ne le pressa pas, patientant en silence. Et c'est alors qu'il joua.

Comptine d'un autre été.

Emily fut tétanisée par le souvenir qui s'imposa à elle. Incapable de bouger, les yeux rivés sur les touches de l'instrument, la mélodie d'un temps oublié s'emparant de ses sens et la plongeant dans un passé effacé. Elle se revoyait, bien des années auparavant, assise sur ce même tabouret, devant ce même piano, dans cette même pièce. Ce n'était point un élève assis à ses côtés qui jouait cette mélodie qui avait fait resurgir un événement disparu de sa mémoire, mais c'était elle. C'était ses doigts qui enfonçaient les touches. Ses doigts qui virevoltaient des blanches aux noires. Ses doigts qui dansaient sans s'arrêter. L'Emily du passé n'était pas seule : trois filles d'une quinzaine d'années étaient présentes, bercées par la musique. Tandis que les dernières notes raisonnaient dans l'air, elle les entendait encore la féliciter pour sa performance au milieu d'applaudissements enthousiasmes. Alors que Kalis avait terminé le morceau depuis quelques instants déjà, la bibliothécaire ne parvenait pas à bouger. Ses yeux embrumés du voile de son souvenir étaient toujours rivés sur le clavier. D'une voix venue d'un autre temps, elle prononça avec peine des paroles qui faillirent rester coincées dans sa gorge serrée :

"Cette musique..."

Lunatik (c)



______________________________



Voir le profil de l'utilisateur
Kalis Antoy
avatar
Eleve Serdaigle
Revelio
Sang pur Age RPG : 17
Maison : Serdaigle
Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La salle de musique   Mar 17 Avr - 15:08



La seule chose que Kalis savait, c'est qu'il ne savait pas. Parce que non, il ne savait pas grand chose. Enfant cultivé, considéré comme surdoué par X personnes.. mais seulement sur divers choses, dont lui seul ne pourrait faire la liste. Il avait connu l'amour, l'amitié; mais que savait il des autres choses vraiment importantes ? Il était une âme que nulle ne pouvait saisir entre ses doigts car comme un filet de fumée, il ne faisait qu'exister, dans un monde où il n'avait jamais eu l'impression d'avoir eu sa place. C'est ainsi dans ses moments de solitude qu'il retrouvait un semblant de liberté, là où il pouvait se retrouver seul avec lui même. Quand il eut fini de jouer le morceau, et après avoir laissé ses doigts glisser sur les touches, il tourna ses yeux de saphir dans ceux de la jeune femme.

Visiblement, cette comptine avait remonté en elle d'étranges sentiments, qui n'étaient pas si étranges que cela finalement: La nostalgie. Un sentiment que le jeune homme ressentait parfois,  mais qu'il avait du mal à différencier des autres. Car finalement, quel moment de son passé pourrait bien être heureux s'il remontait loin dans ses souvenirs ?

- Oui. J'ai appris à la jouer seul, chez moi.

Il n'avait pas besoin de préciser que "seul", parce que ses parents n'auraient jamais voulu le lui apprendre. Il avait ouïe dire que beaucoup de sorcier de sa famille avaient fait du piano avant. Seulement pour ses aînés, ce n'était rien d'autre qu'une perte de temps que de se concentrer sur ses touches rectangulaire noire et blanc. Mais il ne pouvait pas lui dire cela, car ils partiraient sans doute dans une de ses discussions philosophiques qu'il aimait, mais qu'il évitait avec n'importe qui.  C'était toujours un bon moyen de se rendre compte de la nature des gens que de savoir ce qu'ils pensaient au fond d'eux mêmes. Alors il opta pour un sujet qui tout naturellement, n'était pas le plus important mais qui semblait morfondre la jeune femme.


-   Vous dites avoir eu un accident. Pourriez vous m'en parler ?

Les rôles s'inversaient : c'était à lui de l'interroger comme s'il prenait le rôle d'un professeur qui interrogerait un élève sur une leçon. Il savait que parler était une manière de se libérer et de ne plus garder en soi ce qu'on avait de plus sombre. Il ne faisait pas cela réellement pour le jeune femme, mais il savait à quel point cela pouvait être dur de vouloir murmurer, parler, crier à n'importe qui ce que l'on ressentait, pour qu'enfin on nous entende et nous considère.
Voir le profil de l'utilisateur
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La salle de musique   Dim 22 Avr - 23:05






"Oublier est frustrant,
mais savoir sans se souvenir
l'est d'autant plus.
"




Emily faillit ne pas entendre la première remarque de Kalis. Finalement, elle l'entendit, mais elle était encore trop tétanisée pour y réagir autrement que par un bref hochement de tête. Sans doute était-ce la voix de l'élève qui avait rendu plus rapide son extirpation de ses songes. Après avoir dégluti péniblement, elle glissa son regard encore vague sur le visage du Serdaigle. Elle le regardait sans réellement le voir. Ce n'est que lorsqu'il lui posa une question qu'elle comprit qu'il était temps pour elle de reprendre ses esprits. Pour se donner une certaine contenance, elle détourna son regard et fit mine d'être fort intéressée par le clavier du piano.

La question qui lui avait été posée ne la gênait pas : loin de là. Elle n'avait aucune peine à faire part de son accident, tout simplement parce qu'elle l'avait raconté tant de fois qu'au final, elle avait l'impression de raconter une banale histoire. Souvent, la peine qu'elle ressentait après avoir fait part de son passé était uniquement due à la pitié de son interlocuteur ou de son interlocutrice. Il était vrai que depuis qu'elle avait eu un Flash-Back de sa rencontre avec le Saule Cogneur Emily était un peu plus émotive lorsqu'elle mentionnait son accident, mais avec un peu de concentration elle parvenait sans peine à se faire croire à elle-même que les deux événements -pourtant les mêmes- n'étaient pas liés. C'est donc tout naturellement qu'elle conta son histoire qui, à force de répétition, n'était plus sienne :

"A la fin de ma septième année, après notre dernier examen, certains de mes camarades et moi-même avons eu la merveilleuse idée d'aller emprunter des balais dans la réserve du stade de Quidditch et de faire un tour du domaine de Poudlard. En nous dirigeant vers le château pour aller surprendre nos camarades restés au sol, j'ai été percutée par le Saule Cogneur. Je n'ai aucun souvenir de mon enfance et de mes années à Poudlard."

Des faits. Rien que des faits. C'était toujours les faits qu'Emily servait sur un plateau d'argent. Jamais elle ne mentionnait ce qu'elle ressentait. A vrai dire, à force de ressentir les bonheurs et les peines de tous et toutes, la jeune femme avait cessé de distinguer ses propres sentiments de ceux des autres. Elle n'était qu'une éponge à sentiments ; le reflet des ressentis de ses interlocuteurs. Si elle se trouvait face à quelqu'un qui lui faisait des charmes, elle charmait aussi. C'est ce qui était arrivé avec un élève de Serpentard ; fort heureusement, elle avait réussi à arrêter les choses avant qu'elles n'aillent trop loin. Si elle se trouvait face à une personne qui se sentait mal, elle se sentait mal également. C'était ce qui était arrivé lorsqu'elle avait croisé le concierge au septième étage. Et ainsi de suite...

Mais le fait était qu'Emily n'avait aucune conscience de son extrême empathie. Une empathe qui s'ignore et une personne vouée à avoir un comportement fluctuant et déstabilisant pour son entourage. Attirer les ressentis de tous, tel un aimant, est une chose que l'on ne souhaiterait même pas à son pire ennemi. La rousse pouvait passer de la méfiance à la confiance en un clin d'oeil lorsqu'elle se convainquait elle-même de ne pas suivre ses impressions premières qui, souvent, étaient les bonnes. L'ex-Serdaigle n'était pas ainsi avant son accident, mais cela, elle l'ignorait purement et simplement. La seule chose qu'Emily savait, c'est qu'elle ne savait pas.

"Oserais-je vous demander pourquoi vous n'avez pas pris des cours de piano ?" sortit-elle au milieu de rien, se souvenant des premières paroles prononcées par Kalis après qu'il ait eu fini de jouer. En disant cela, elle avait glissé son regard bleu pour le plonger dans celui de l'élève. Elle ajouta : "Si vous ne voulez pas répondre à cette question, je comprendrai parfaitement..."

Lunatik (c)



______________________________



Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revelio
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La salle de musique   


La salle de musique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Le rapprochement [PV Luka Morel] (début à la salle de musique) [Tereminé]
» Salle de musique
» La Salle du Feu
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La salle du trône et le château

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wingardium Leviosa :: Poudlard :: Intérieur du château :: 2ème étage :: Le couloir des clubs-