............................................. Levez le voile sur le monde magique inspiré de JK Rowling, en 2025...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionPortailS'enregistrer

Partagez | 
 

 Le comptoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître du Jeu
avatar
Staff
Revelio
Inconnu Age RPG : 0
Emploi(s) :
- Fondateur

Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Le comptoir   Sam 8 Juil - 23:36






Le comptoir






Le comptoir de La Tête de Sanglier est petit, long et extraordinairement sale et couvert de sciure. Des poutres soutiennent une arche, cloisonnant l'espace de travail des employés, et l'on pourrait presque s'attendre à ce qu'une grille de métal descende à la fermeture. Les fenêtres sont légèrement opaques et le sol est tout sauf visible, de nombreuses tâches d'origines inconnues constellant le sol. Il y a une antique caisse enregistreuse en bois derrière le comptoir, et la salle est imprégnée d’une forte odeur, mélange d'alcool, nourriture et sueur. Des tabouret de bois ternes au pied de métal cuivrée permettent de s'installer au comptoir, derrière lequel vous trouverez toujours de quoi boire. Trois longues étagère bordent le mur, soutenant les nombreuses bouteilles, flasques et potions en tous genres.

[Ce lieu étant un lieu public dans lequel vous pouvez croiser absolument n'importe qui à n'importe quel moment, vous ne pouvez donc PAS privatiser votre RP]




Lunatik ©


______________________________



Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com
Jerôme Donell
avatar
Ministère
Revelio
Sang pur Age RPG : 42
Maison : Serpentard
Etre et spécialité(s) : • Spécialiste des sort de défense


Emploi(s) : - Responsable du Service des nuisibles (Département de contrôle et de régulation des créatures magiques, Ministère de la Magie)

Camp : R.O.C.E.H caché
Patronus : Caméléon
Epouvantard : Un Gobelin souriant
Amortentia : L'odeur de brûlé, de la terre, et de la sève
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le comptoir   Mar 8 Mai - 1:36



Les sentiments avant les convictions


15 novembre 2025 vers 19h30


Jerôme avait été furieux en lisant la réponse d'Emily, et encore le mot était faible. Asio avait dû ressentir sa colère montante parce qu'au bout de deux minutes, après que l'homme se soit jeté sur le parchemin raffiné de la jeune femme à peine rentré du travail, il avait fuit par la fenêtre. Les dents serré il avait d'abord eu l'envie incontrôllable de refermer son poing sur la papier jauni qu'était la lettre d'Emily. Au lieu de cela il se contenta de la déposer sur la table de sa cuisine.

Elle est complètement inconsciente... C'est pas vrai !

Un verre qui trainait là venait de voller à travers la pièce pour s'éclater bruyamment contre un meuble en bois. Un des morceaux de verre projetés avait effleuré son bras après un rebond inattendu. Jerôme avait beau réfléchir, il n'y avait pas trente six solutions... Il devait s'y rendre à nouveau. Quelque chose en lui trouvait cela excitant. Revoir cette amante d'une nuit qui avait fait battre son coeur à un nombre de battemennt par minute inégalable était une idée follement agréable. D'un autre côté, tout cela l'inquiétait profondément. Emily jouait les téméraires, et c'était tout à son honeur. Mais au lieu de la laisser se débrouiller seule et risquer sa vie, il ne pouvait s'empêcher de vouloir intervenir. *Pauvre con !*, pensait-il si fort qu'un légilimens égaré aurait certainement pu l'entendre. Après avoir perdu un peu de la confiance que les Augures avaient placée en lui avec le temps, voilà qu'il comptait protéger la proie de ROCEH ?

L'hésitation fut longue et intense, et ce pour de nombreuses raisons. La première était qu'il risquait de se faire prendre et cette fois il n'y survivrait certainement pas. Ensuite... qu'allait-il pouvoir raconter à la belle lorsqu'elle découvrirait sa balafre démesurée ? Il avait beau avoir dégôté un moyen de la dissimuler auprès de ses collègues, il n'était pas sûr que la ruse bluffe une femme aussi attentive et rusée qu'Emily Atkins pour qui il avait du mal à avoir des secrets. Et puis... il avait hésité aussi parce qu'il remettait en cause tout le fondement de cette histoire. Bien sûr que cette Animagus avait un pouvoir attractif sur lui, bien sûr qu'elle l'avait comblé de plaisir pas moins d'une semaine au paravant, mais pourquoi risquer sa vie pour elle ? Des femmes il en avait eu et il pourrait en avoir encore... ou peut-être qu'il n'en était plus si sûr. Et à vrai dire, Emily Atkins semblait être différente. C'est pour cela que Jerôme transplana à Pré-au-Lard ce soir-là.

***

Dans les rues éclairées du village, Jerôme avançait à visage couvert. Une longue cape sombre et mâte recouvrait tout son corps tandis qu'une capuche camoufflait sa tête. Impossible qu'on le reconnaisse dans cette prénombre illuminée.

Il entra alors à La Tête de Sanglier. Dans un soupire il fit ralentir son poul. Il abaissa sa capuche arrondie et découvrit son visage à l'aspect étrangement lisse, comme neuf. Le visage du barman sembla se tourner vers lui, mais il n'y prêta pas attentiion. Ses yeux clairs se posèrent sur chaque corps qu'ils rencontrèrent jusqu'à ce qu'il aperçoive la chevelure rousse flamboyante qu'il reconnaitrait entre mille. Emily était de dos, assise, pile à l'heure, comme d'habitude, et il allait la rejoindre sans attendre.

HRPG:
 
Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t971-jerome-donell http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t947-jerome-donell-valide
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes aux plumes rousses et aux yeux bleus
- Transplanage

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le comptoir   Mar 8 Mai - 14:14








"Une dangereuse affection"




[15 novembre 2025, vers 19h30
Avec Jerôme Donell]

Ce samedi-là, Emily avait commencé à se préparer plus tôt qu’elle ne le faisait en temps normal. Après s’être douchée, elle s’était maquillée avec grand soin, appliquant sur ses lèvres un rouge à lèvres rosé et agrandissant ses yeux grâce à du mascara et du crayon. Ensuite, elle avait coiffé sa chevelure rousse en un chignon travaillé. Seules deux mèches bouclées n’avaient pas été ramenées en arrière et encadraient joliment le visage de la jeune femme. Pour finir, elle s’était habillée, revêtant une longue robe de couleur bleue foncée qui épousait parfaitement ses formes, étant donné qu’elle était serrée jusqu’à la moitié de ses cuisses, d’où elle s’évasait afin de rejoindre le sol. Les manches mi-longues en dentelle laissaient apercevoir la blancheur de ses bras fins. Elle avait recouvert le tout d’une cape à capuche d’un noir profond.

C’est ainsi apprêtée qu’elle quitta le château, avec le fol espoir de croiser Jerôme Donell sur sa route. Ses escarpins à talons hauts et à lanières raisonnaient à chacun de ses pas. En approchant de Pré-au-Lard, elle avait rabattu sur sa tête sa capuche et s’était emparée de sa baguette qu’elle gardait dissimulée sous sa cape mais prête à être utilisée en cas d’attaque. Traversant les rues du petit village, elle n’attendait qu’une chose : voir la silhouette de l’employer du Ministère émerger d’une ruelle adjacente. Ralentissant la vitesse à laquelle elle marchait pour ne pas arriver trop vite à la Tête du Sanglier, elle ravala un soupir déçu lorsqu’elle arriva devant la porte du pub. Sans un regard en arrière, elle entra. Elle espérait le voir là, au milieu du bar, à l’attendre... Mais il n’y était pas.

Retirant sa cape, la rousse s’approcha du comptoir. De sa baguette, qu’elle n’avait pas cessé de tenir fermement, elle lança un sortilège informulé afin de nettoyer deux chaises et la partie du comptoir où elle s’apprêtait à s’installer. Bien que l’endroit avait des aspects qui lui plaisaient grandement, comme le silence et la discrétion des clients présents, d’autres, comme le manque de propreté, la dégoutaient quelque peu. Heureusement, la vaisselle semblait être l’une des rares choses à n’être pas sale. Posant sa baguette sur le comptoir, Emily s’installa sur l’un des deux tabourets qu’elle venait de nettoyer magiquement, et déposa sa cape sur l’autre. Elle s’empara d’une carte qui traînait par là et fit mine de la lire, mais ses pensées étaient bien loin de l’instant présent : elle se remémorait la folle soirée qu’elle avait vécue il y avait de cela une semaine.

Après avoir frissonné en repensant à la douceur de son amant d’une nuit, elle écarta d’un bref mouvement de tête les images qui se dessinaient dans son esprit. Rapportant son attention sur la carte qu’elle tenait, elle se rendit bien vite compte qu’aucun des plats proposés de la tentait. Si seulement elle avait été capable de transplaner, elle se serait rendue dans un restaurant chic pour y dîner. Malheureusement, elle devait se résigner à manger dans ce pub, ou à se rendre dans l’autre bar du village, bien plus réputé, mais surtout bien plus bruyant. Elle fut tirée de sa réflexion lorsqu’elle entendit la porte s’ouvrir et se refermer. Se redressant, elle releva la tête de la carte, sans se retourner pour autant. Elle n’avait pas envie d’être déçue en se rendant compte que la personne qui venait de faire son entrée n’était pas Jerôme Donell.

Les yeux rivés devant elle, elle tenta d’apercevoir dans les reflets présents sur les bouteilles qui lui faisaient face une silhouette. Sa vue était telle qu’elle n’eut aucune peine à reconnaître la carrure de l’homme qui occupait ses pensées. Se retournant lentement, elle ne put cacher le bonheur intense qu’elle ressentit. Encore un peu et elle aurait sauté sur ses pieds pour aller se blottir contre le torse musclé du quadragénaire. Cependant, elle se retint de succomber à son envie et se contenta d’afficher un immense sourire tout en dévisageant le brun. Ses yeux s’attardèrent rapidement sur ce qui semblait être les vestiges d’une strangulation. Son bonheur laissa place à la panique, et elle quitta son tabouret en vitesse, s’approchant de l’homme qui était, même si elle portait des talons, plus grand qu’elle.

« Que... Que vous est-il arrivé ? » murmura-t-elle tout en frôlant du bout de ses doigts le cou de Jerôme, et ce, avec une douceur incomparable. Son autre main était posée sur le bras du sorcier et leur proximité était telle qu'on aurait pu croire qu'ils étaient sur le point de s'embrasser. De son regard bleu, elle fixait ses yeux, tentant de trouver un début de réponse au fond de ses sombres pupilles.

Lunatik (c)



______________________________



Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t831-emily-atkins http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t751-emily-atkins-valide#792
Jerôme Donell
avatar
Ministère
Revelio
Sang pur Age RPG : 42
Maison : Serpentard
Etre et spécialité(s) : • Spécialiste des sort de défense


Emploi(s) : - Responsable du Service des nuisibles (Département de contrôle et de régulation des créatures magiques, Ministère de la Magie)

Camp : R.O.C.E.H caché
Patronus : Caméléon
Epouvantard : Un Gobelin souriant
Amortentia : L'odeur de brûlé, de la terre, et de la sève
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le comptoir   Mer 9 Mai - 0:42


Les sentiments avant les convictions


15 novembre 2025 vers 19h30


Il avait préféré la contempler à son insu, même quelques secondes de plus, plutôt que de s'approcher pour briser le silence assez pesant qui règnait dans ce pub quasiment vide. Mais comme si elle s'était rendue compte de sa présence, Emily se retourna avec une élégante lenteur. Elle lui souriait de telle sorte qu'il pouvait ressentir la joie qu'elle éprouvait. Il faut dire que c'était assez agréable, pour lui c'était comme sentir qu'il était là au bon endroit et bon moment. Mais aussitôt il vit le visage éblouissant qui lui avait quelque peu manqué adopter une expression de terreur ou presque.

Lorsque la jeune femme quitta le tabouret face au comptoir, Jerôme sentit sa jambe droite doucement fléchir. Il lui avait semblé perdre le contrôle de ses émotions pendant un instant alors qu'il se demandait si elle avait vu ce qu'il cachait sous son "masque". Très vite elle remit entre eux cette proximité dangereuse qui l'avait succomber. Cette fois au lieu de sentir le désir émaner de la rousse, il croyait déchiffrer dans son regard angoissé une inquiétude sincère. Et ses mots ne trompèrent pas. Les doigts d'Emily dans son cou le firent légèrement frémir. Ce n'était pas de la douleur qui avait parcouru ses nerfs car cette blessure qu'il s'était infligé lui-même il y a une semaine ne le faisait plus souffrir. Il était simplement soulagé qu'Emily n'ai remarqué que cela, le reste étant bien pire.

La façon dont elle le regardait, et cette manière pleine d'aisance qu'elle avait de le toucher en public sans se soucier des regards des autres sorciers aurait poussé Jerôme à faire n'importe quoi, même à lui avouer toute la vérité sur cette affaire. Mais sa loyauté envers ceux qui lui faisaient confiance remonta vite à la surface. Il ne pouvait pas se livrer comme ça et livrer avec lui toute une organisation secrète. Il était bien trop impliqué. Et après tout il n'avait pas changé d'avis sur les hybrides et les créatures, même si Emily faisait lourdement pencher la balance.

Dans l'attente de pouvoir livrer un nouveau mensonge plausible à celle qui n'attendait que d'être rassurée, il se racla la gorge, esquissa un bref sourire et se contenta de saisir son poignet avec délicatesse pour l'attirer avec lui près du comptoir. Là, il l'incita d'un geste assez galant de regagner son siège, mais bien sûr tout ce cinéma n'était que prétexte pour gagner du temps.

Deux verres de vin rouge, s'il vous plait

Avait demandé Jerôme au barman qui s'acharnait à essuyer les verres déjà propres à l'extrémité du comptoir, tout en s'installant sur un tabouret encore poussiéreux. Sur ce, il tourna la tête vers Emily, ressentant une légère friction désagréable sur son visage dont il ne laissa rien paraître.

Ce n'est rien de bien méchant, ne vous en faites pas.

Il avait balancé cela sans aucune gravité dans la voix et même avec un soupçon de moquerie qui avait pour but de donner à cette cicatrice une importance moindre. Il espérait qu'Emily ne s'attarderait pas sur le sujet, et dans cette optique, il posa une main entreprenante sur la cuisse gauche de la belle. Le tissu de la robe bleue était fin et plutôt doux sous les doigts de Jerôme.
Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t971-jerome-donell http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t947-jerome-donell-valide
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes aux plumes rousses et aux yeux bleus
- Transplanage

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le comptoir   Mer 9 Mai - 17:34








"Une dangereuse affection"




Emily ne sentit même pas Jerôme frémir suite à sa douce caresse : elle était bien trop occupée à tenter de déceler la vérité au fond de ses yeux. Mais tout ce qu’elle y voyait, c’était son propre reflet. Sa gorge s’était serrée à l’instant même où elle comprit qu’il n’allait pas lui dévoiler ce qui lui était arrivé. Allait-il se risquer à lui mentir ? Elle ne l’espérait pas. Elle détestait tellement le mensonge que prendre ce chemin-là aurait été un gros risque pour le sorcier. Celui qui avait l’âge d’être son père ne lui répondit pas immédiatement. Au lieu de satisfaire son envie connaître la vérité, il attrapa doucement son poignet et la mena par ce geste à l’accompagner jusqu’au bar. Arrivés à côté du tabouret qu’elle venait à peine de quitter, Jerôme l’invita à reprendre sa place. Ne se faisant pas prier, Emily se réinstalla, s’attendant à obtenir une réponse après s’être rassise sur le tabouret.

« Deux verres de vin rouge, s'il vous plait » commanda le sorcier au barman qui se trouvait non loin de là.

Un faible et succinct sourire se dessina sur les lèvres de la rousse. Elle était touchée de voir qu’il s’était souvenu de son penchant pour le vin rouge, mais bien trop inquiète pour laisser un véritable sourire s’inscrire sur son visage. Du bout de ses doigts, elle ramena derrière son oreille gauche l’une des deux mèches folles qui entouraient son visage. Elle avait une fois de plus oublié de remettre ses parures après sa douche : ses oreilles percées étaient donc dépourvues de bijoux. Il en était de même pour ses fins poignets et son cou, qui arboraient parfois, lorsqu’elle n’oubliaient pas de les mettre, bracelets et collier. Les yeux d’Emily croisèrent le regard du barman : celui-ci semblait surpris de voir sa cliente à nouveau en compagnie de l’homme. Il faut dire que la différence d’âge avait de quoi choquer... Mais la rousse se contenta de l’ignorer et de reposer ses yeux sur le visage de Jerôme.

« Ce n'est rien de bien méchant, ne vous en faites pas. »

Alors qu’elle s’apprêtait à répliquer, elle sentit la main du sorcier se poser sur sa cuisse. Refermant la bouche, elle soupira. Au fond de ses yeux clairs était visible un combat entre son envie de véracité et sa volonté de ne pas envahir la vie privée de l’homme. Après tout, rien ne l’obligeait à répondre à ses questions, et Emily n’avait aucun droit de le forcer à lui avouer quoique ce soit. N’arrivant plus à supporter le regard de son amant, elle détourna les yeux. Fixant la main de Jerôme, elle resta un instant immobile avant de poser très délicatement sa propre main sur la sienne, la frôlant plus qu’elle ne la touchait réellement. Faisant danser le bout de ses doigts sur le dos de la main du sorcier, elle réfléchit longuement à ce qu’elle pouvait dire pour lui faire comprendre qu’elle s’inquiétait pour lui tout en ne se montrant pas plus envahissante qu’elle avait le droit de l’être.

« Ne pas s’en faire est plus facile à dire qu’à faire... » murmura-t-elle avant de détacher ses yeux de la main de l’homme (qu’elle trouvait fort belle d’ailleurs). Posant son regard bleu sur le sorcier, elle poursuivit. « Je suis inquiète pour vous, Jerôme... Et c’est bien là le problème. »

Oui, c’était en effet un problème... Premièrement parce que la relation qu’entretenaient les deux amants n’avait rien d’officiel, et par conséquent la vie privée de l’un ne devait pas affecter l’autre, mais deuxièmement parce qu’Emily se rendit compte, à ce moment-là, à quel point Jerôme comptait pour elle. Si il lui arrivait quoique ce soit, la rousse en serait profondément touchée, et cela n’avait rien de normal dans une relation comme la leur. Des larmes apparurent aux coins de ses yeux, mais elles n’étaient pas assez nombreuses pour couler le long de ses joues. Laissant le silence se réinstaller, Emily admira les quelques rides présentes sur le visage du quadragénaire. Elles étaient peu nombreuses et lui donnaient un charme fou. La rousse se demandait combien Jerôme avait d’amantes, et elle en vint à la conclusion qu’il en avait sans doute plusieurs. Elle aurait voulu l’embrasser, là, maintenant, mais elle se retint, tout comme elle avait réussi à retenir ses larmes.

Lunatik (c)



______________________________



Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t831-emily-atkins http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t751-emily-atkins-valide#792
Jerôme Donell
avatar
Ministère
Revelio
Sang pur Age RPG : 42
Maison : Serpentard
Etre et spécialité(s) : • Spécialiste des sort de défense


Emploi(s) : - Responsable du Service des nuisibles (Département de contrôle et de régulation des créatures magiques, Ministère de la Magie)

Camp : R.O.C.E.H caché
Patronus : Caméléon
Epouvantard : Un Gobelin souriant
Amortentia : L'odeur de brûlé, de la terre, et de la sève
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le comptoir   Mer 9 Mai - 19:49


Les sentiments avant les convictions


15 novembre 2025 vers 19h30


D'un air presque indifférent Jerôme ne s'attardait pas sur la jeune femme dont il entendit le soupire. Il regardait le barman qui n'avait rien d'autre à faire que servir les deux verres à pied à la forme bombée d'un liquide rouge foncé. Une idée lui vint à l'esprit. Dans le cas où Emily s'acharnerait à obtenir des réponse quand à cette cicatrice mal dissimulée, il aurait une réplique prête à lui être servie. Ce serait un nouveau mensonge, un mensonge désagréable peut-être, mais un mensonge nécessaire et surtout tout à fait convainquant il en était certain.

La douce voix de la rousse exprimait cette inquiétude qu'elle disait justement ne pas pouvoir contrôler. Malgré lui il se senti touché de l'entendre déclarer ce genre de sentiment. Dans la seconde d'après c'est la culpabilité qui l'envahi. Le genre de sentiment amère qui rend livide. Quel genre d'homme pouvait s'apprêter à mentir à une femme qui lui avouait à demi mots qu'elle tient à lui au point de s'inquiéter pour sa santé ? Le genre d'homme qu'il était devenu avec le temps. Un sorcier sans bonnes intentions, pour qui rien n'a plus de valeur que ses convictions. Même si Jerôme venait de réaliser qu'il éprouvait quelque chose d'indéfinissable (pour le moment) à l'égare d'Emily, il ne pouvait pas se résigner à foutre en l'air toutes les  années d'espionnage qu'il s'était vu mettre au point et  tout ce qu'il avait fait pour devenir un membre un tant soit peu important au sein de ROCEH.

Il n'y a aucune inquiétude à avoir. Il ne s'agit là que de l'effet d'un acte consenti que j'ai subit un de ces derniers soirs.

Incapable de lui dire cela en la regardant, le brun dont la main avait lentement quitté la jambe d'Emily faisait mine d'observer la barman qui arrivait avec les verres de vins. D'un hochement de tête il remercia leur serveur et comme à l'accoutumé, il glissa une main dans sa poche pour payer les deux boissons. Sa salive coula presque douloureusement dans sa gorge asséchée. Il était rare qu'il éprouve des scrupules à modifier la réalité, mais cette fois c'était le cas. Il aurait pu être plus explicite au lieu de tourner autour du pot mais en temps normal Jerôme n'était de ceux qui se vantait de ses ébats sexuels quels qu'ils soient, et surtout pas à une autre femme.

La seulement, il dégna la regarder et affronter l'air qu'elle afficherait après cette révélation qui suggérait quelque chose de faux, mais qui pouvait très bien décrire ce qui s'était réellement passé. Jerôme se sentait moins menteur en ayant sous-entendu la réalité : après tout il s'était bien volontairement étranglé un de ces soirs.

Pourquoi ne suivez-vous pas mes conseils ? Cet endroit n'est pas sûr...

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t971-jerome-donell http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t947-jerome-donell-valide
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes aux plumes rousses et aux yeux bleus
- Transplanage

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le comptoir   Mer 9 Mai - 22:19








"Une dangereuse affection"




Observant l’homme qui ne semblait pas vouloir la regarder, Emily tentait en vain de comprendre ce qu’il pensait et ressentait. L’état émotionnel de l’homme était tel que la rousse préféra ne pas chercher à le décrypter. Se refermant un peu sur elle-même, elle se concentra sur ses propres ressentis. Inquiétude, questionnement et incertitude se bousculaient dans sa tête. De temps à autres, son instinct lui disait de ne pas faire confiance à l’homme qui se trouvait à ses côtés, mais les souvenirs de la folle nuit qu’ils avaient passée ensemble faisaient, à chaque fois, taire cette petite voix interne. Il était vrai qu’elle ne savait que peu de choses sur lui et qu’il lui avait menti à plus d’une reprise. Mais peut-être était cela qui l’attirait ? Le goût du risque ?

« Il n'y a aucune inquiétude à avoir. Il ne s'agit là que de l'effet d'un acte consenti que j'ai subi un de ces derniers soirs. »

La gorge de la bibliothécaire se serra à nouveau, mais pour une raison bien différente de la première. Douloureusement, et en faisant un effort considérable, elle proposa un « Oh... Je vois... » à peine audible. La main de Jerôme avait quitté sa jambe aussi soudainement qu’elle l’avait rejoint. Détachant à contre-coeur son regard du brun, Emily fut heureuse qu’il ne soit pas en train de la regarder en cet instant, car la profonde déception qu’elle ressentait devait sans aucun doute se lire dans ses yeux. Tentant de se raisonner en se disant qu’il était normal que l’homme voie d’autres femmes et qu’elle le savait déjà au fond d’elle, elle ne put se résoudre à ne pas être blessée face à cette annonce pour le moins directe.

« Merci... » lâcha-t-elle à l’adresse du barman qui venait de glisser vers elle un verre à pied rempli de vin rouge.

Profitant du fait que Jerôme soit occupé à payer leurs consommations, elle but une longue gorgée de la boisson rouge pour se changer les idées. Se concentrant sur la saveur du vin, elle parvint à faire passer l’amère goût de la vérité déformée qui lui avait été servie sur un plateau d’argent. Pivotant sur son tabouret, elle posa son coude droite sur le bar qui se trouvait désormais dans son dos. De ses yeux bleus, elle parcourut la salle. Son regard s’arrêta sur un homme ni attirant ni repoussant qui la fixait. Le sorcier leva son verre en direction de la rousse, comme pour lui souhaiter une bonne soirée et, agissant autrement qu’elle l’aurait fait dans d’autres circonstances, elle y répondit par le même geste avant d’avaler une petite gorgée de vin.

« Pourquoi ne suivez-vous pas mes conseils ? Cet endroit n'est pas sûr... »

Emily continua à observer tour à tour les clients du bar, refusant pour l’instant de poser son regard sur l’homme. Son visage, qui avait affiché quelques instants auparavant une certaine déception, était désormais d’une neutralité qui lui était rare. Laissant la question de Jerôme sans réponse pendant trente secondes environ, la rousse finit par hausser les épaules avant de reprendre sa place initiale. Trempant ses lèvres dans le vin, elle fit exprès de prendre son temps avant de répondre. La vérité était qu’elle ne savait pas encore quelle réponse elle allait donner. Ne pouvant s’empêcher de laisser sa rancoeur guider son choix, elle répliqua sur un ton qui laissait entendre qu’elle n’avait pas apprécié la désillusion dont elle venait d’être la victime. Tout en parlant, elle glissa son regard mi-blessé mi-blessant sur l’homme.

« Je ne dis pas que vos conseils sont mauvais, mais vous n’êtes que mon amant, et si je suivais les conseils de mes amants, ça se saurait. Et si cet endroit est aussi peu sûr que vous le dites... Que faites-vous là ? Ne risquez-vous rien à me retrouver en ce lieu ? D’autant plus que vous avez certainement mieux à faire que de vous mettre en danger pour une... Histoire d’un soir. »

Immobile, elle observa l’impact qu’avaient ses paroles acerbes sur Jerôme. A peine les avaient-elles prononcées qu’elle aurait voulu les retirer et s’excuser. Sa rancoeur l’en empêcha cependant. Emily n’était de loin pas une jeune femme qui cherchait à être blessante dans ses propos, mais, même si elle ne l’avouerait pas de vive voix, et encore moins au sorcier, l’annonce de ce dernier l’avait profondément touchée. Peut-être même plus qu’elle ne le saurait jamais. La rousse n’avait pas envie d’être une « histoire d’un soir », mais ça non plus, elle ne l’avouerait pas. Si le brun s’en allait suite à cette attaque verbale, Emily n’aurait qu’à s’en prendre à elle-même : elle l’aurait bien cherché. Mais... S’il s’en allait pour si peu : cela ne voudrait-il pas dire qu’il tenait plus à elle qu’il ne le prétendait dans ses paroles et par ses gestes ?  

Lunatik (c)



______________________________



Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t831-emily-atkins http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t751-emily-atkins-valide#792
Jerôme Donell
avatar
Ministère
Revelio
Sang pur Age RPG : 42
Maison : Serpentard
Etre et spécialité(s) : • Spécialiste des sort de défense


Emploi(s) : - Responsable du Service des nuisibles (Département de contrôle et de régulation des créatures magiques, Ministère de la Magie)

Camp : R.O.C.E.H caché
Patronus : Caméléon
Epouvantard : Un Gobelin souriant
Amortentia : L'odeur de brûlé, de la terre, et de la sève
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le comptoir   Jeu 10 Mai - 2:54


Les sentiments avant les convictions


15 novembre 2025 vers 19h30


Evidemment, Jerôme avait senti cette petite amertume cachée dans les mots à peine audibles d'Emily. Il pouvait être sûr d'avoir créé un froid entre eux en inventant cette histoire. Rapidement il sentit une sorte de distance s'installer entre eux, comme si la jeune femme tentait de lui faire indirectement comprendre qu'il n'aurait pas dû dire cela.

Elle avait déjà commencé à boire lorsqu'il attrapa son propre verre pour le rapprocher de son avant-bras gauche allongé sur le comptoir. Emily lui tournait le dos, et il sembla au brun qu'elle avait même adressé un geste ou autre chose à un homme assis dans la pièce car en se tournant vers la salle il découvrit le visage souriant d'un client atablé pas loin derrière eux. Jerôme préféra ignorer le haussement de sourcil provocateur du sorcier et regarder la rousse qui affichait un air profondémment vide d'expression. Lorsqu'elle reprit sa place face au bar il fit de même en relachant son corps. Elle allait lui répondre c'était certain, alors il lui laissait le temps. Il apporta le verre à ses lèvres et en bu une courte gorgée quand Emily daigna enfin le regarder. Il comprit cette fois qu'il allait regretter son mensonge.

« Je ne dis pas que vos conseils sont mauvais, mais vous n’êtes que mon amant, et si je suivais les conseils de mes amants, ça se saurait. Et si cet endroit est aussi peu sûr que vous le dites... Que faites-vous là ? Ne risquez-vous rien à me retrouver en ce lieu ? D’autant plus que vous avez certainement mieux à faire que de vous mettre en danger pour une... Histoire d’un soir. »

Les narines de Jerôme se gonflèrent quand il reposa son verre sur le comptoir en lachant les yeux d'Emily un court instant. Si tout ça n'était que bêtise l'esprit calculateur de l'espion y voyait un moyen de régler cette histoire une bonne fois pour toute. Se mettre Emily à dos n'était pas une tâche difficile. Non, le plus difficile c'était d'en assumer les conséquences. Jerôme essayait de se consoler en se convaiquant qu'une femme, une "histoire d'un soir" il en trouverait bien vite une autre et ainsi il oublierait ce passage de sa vie. *Une femme normale.* Mais le problème était là. Il ne retrouverait certainement pas une Emily Atkins, une jeune femme aussi charmante qu'intelligente, aussi intéressante qu'attirante, aussi jeune... qu'anormale. Car c'est peut-être cela qui changeait tout et qui faisait qu'il avait du mal à la jeter comme les autres. Penser que la particularité hybride d'Emily pouvait être l'une des causes de son attirance incontrollable pour elle raviva ses nerfs et il sentit sa main droite se serrer autour de son verre en pression.

Vous avez raison. Qu'est-ce que je fais là ?

Il se permi de planter son regard presque menaçant dans les yeux fondant d'Emily - dans lesquels il aurait juré voir une lueur d'humidité. Il était en colère, en colère contre lui-même et son envie dévorante d'embrasser les lèvres rosées de la belle. Son exutoire serait de déverser cette aigreur sur Emily et peut-être que cela résoudrait le problème après tout.

Vous vous débrouillez très bien toute seule n'est ce pas ? C'est admirable. Il marqua une courte pause pendant laquelle de sa main il fit glisser son verre plein pour le lâcher à côté de celui d'Emily. Oui, j'ai d'autres choses à faire que courrir derrière votre joli derrière.

Il quitta le haut tabouret sur lequel il était assis pour se lever. A nouveau, comme le dimanche matin contre l'armoir, son visage était à la même hauteur que celui de la rousse. Il la regardait. D'un mouvement d'épaule il réajusta sa cape sur son dos. Bien que ses pulsions ne s'étaient pas éteintes, il les enfouissait comme il pouvait.

Ca tombe bien que vous aimiez le vin rouge, un deuxième verre vous est offert.

C'était la phrase de fin, celle qui clôturerait certainement leur conversation et qui dans la tête de Jerôme cloturerait aussi leur relation. En se retournant il croisa le regard curieux de l'homme qui avait sans doute regardé Emily dans les moindres détails. Il le fusilla du regard et se dirigea vers la porte de sortie du pub d'un pas vif mais peu bruyant.
Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t971-jerome-donell http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t947-jerome-donell-valide
Emily Atkins
avatar
Personnel de Poudlard
Revelio
Sang pur Age RPG : 21
Maison : Serdaigle
Etre et spécialité(s) : - Animagus: Buse à épaulettes aux plumes rousses et aux yeux bleus
- Transplanage

Emploi(s) : - Bibliothécaire à Poudlard

Patronus : Probablement une buse à épaulettes
Epouvantard : Probablement un Saule Cogneur agité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le comptoir   Jeu 10 Mai - 10:55








"Une dangereuse affection"




Tout en fixant Jerôme, Emily ne put s’empêcher d’imaginer les différentes réactions qu’il pouvait avoir. S’il se contentait de sourire, voire même de laisser un petit rire s’échapper, et qu’il lui avouait qu’il s’ennuyait tout simplement parce qu’un quelconque rendez-vous qu’il avait s’était annulé à la dernière minute, alors la rousse saurait : elle n’était réellement qu’une parmi d’autres. Et peut-être aurait-ce été mieux ainsi. S’il haussait les épaules et disait que lui-même n’était pas sûr de la raison de sa présence, alors cela voudrait dire qu’il aurait eu bien d’autres endroits où passer sa soirée, mais qu’il avait choisi celui-ci pour une raison encore inconnue. Finalement, s’il se fâchait contre elle, alors cela signifierait que les paroles d’Emily avaient fait mouche et qu’il avait été réellement touché par ce qu’elle lui avait dit. Plusieurs détails firent comprendre à la rousse que sa dernière hypothèse allait être celle qui s’approcherait le plus de la vérité. Gonflement de narine, crispation de la main... Tant de petites choses qu’une personne n’étant pas douée d’un sens de l’observation aussi développé que celui de la bibliothécaire n’aurait pas remarquées.

« Vous avez raison. Qu'est-ce que je fais là ? »

Elle s’apprêtait à répliquer, mais le regard que lui lança Jerôme l’en empêcha. Elle se sentit coupable d’une énorme bêtise, comme une enfant qui s’apprêtait à être sermonnée par son père. Son entêtement l’empêchait cependant de regarder ailleurs. Ses yeux, qui laissaient sans doute voir qu’elle s’en voulait, restèrent donc plantés dans ceux du brun. Il reprit la parole, pour dire qu’elle se débrouillait bien toute seule et glissa son verre à côté du sien avant d’ajouter qu’il avait d’autres choses à faire. Tout ce qu’il disait n’était que mensonge : il ne pensait pas qu’elle se débrouillait bien seule, et Emily doutait qu’il ait autre chose à faire que d’être là. Ou du moins : elle doutait qu’il ait envie d’être ailleurs.

« Ca tombe bien que vous aimiez le vin rouge, un deuxième verre vous est offert. »

Emily ne quittait pas le brun du regard. Elle voulait terriblement l’embrasser, mais elle se retint... Elle avait cette impression que cette envie charnelle était réciproque. Sans un mot de plus, le brun tourna les talons et s’en alla. Il était presque arrivé à la porte lorsque, d’un coup de baguette aussi élégant que rapide, la rousse lui lança un sortilège de gel. On aurait pu croire qu’elle l’avait fait apparaître de nulle part, mais le fait était qu’elle avait simplement glissé sa main dans les plis de sa cape pour l’y trouver. La théorie selon laquelle le bois de l’objet qu’elle tenait était connu pour donner des baguettes prédisposées aux sortilèges informulés avait une fois de plus été prouvée : Emily n’avait pas eu à faire un énorme effort de concentration pour y parvenir. Jerôme était immobile, dans la position exacte dans laquelle il se trouvait lorsque le sortilège l’avait atteint. Sans hésiter, la jeune femme attrapa son verre, but une gorgée et quitta son tabouret pour s’approcher de l’homme. Elle le contourna, se plaça devant lui à quelques centimètres et l’observa avant de déclarer.

« Ou alors... » commença-t-elle par dire tout en réduisant le peu de distance qui les séparait. « Vous pourriez rester, et on pourrait tout simplement profiter de la soirée... Non ? Maintenant que nous sommes au clair sur notre relation, pourquoi y mettre fin ? »

Tout en prononçant ses derniers mots, Emily plaça une main sur le visage du quadragénaire, ferma les yeux et l’embrassa. Leur relation n’était pas exclusive, et la jeune femme regrettait d’avoir réagi comme si elle l’était. Elle n’avait pas l’intention de repousser cet homme qui la satisfaisait plus que vous ne l’imaginez, ni de le faire sortir de sa vie. Son autre main tenait toujours fermement sa baguette et, tout en embrassant l’homme, elle le délivra du sortilège qu’elle lui avait lancé en faisant glisser la pointe de l’objet de bois sur son torse. Ses doigts frôlaient le bord du visage de Jerôme. Emily ne savait pas comment ce dernier allait réagir, mais elle s’en fichait : au moins, elle aurait pu profiter une dernière fois de ses lèvres.

Lunatik (c)



______________________________



Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t831-emily-atkins http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t751-emily-atkins-valide#792
Jerôme Donell
avatar
Ministère
Revelio
Sang pur Age RPG : 42
Maison : Serpentard
Etre et spécialité(s) : • Spécialiste des sort de défense


Emploi(s) : - Responsable du Service des nuisibles (Département de contrôle et de régulation des créatures magiques, Ministère de la Magie)

Camp : R.O.C.E.H caché
Patronus : Caméléon
Epouvantard : Un Gobelin souriant
Amortentia : L'odeur de brûlé, de la terre, et de la sève
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le comptoir   Jeu 10 Mai - 12:56


Les sentiments avant les convictions


15 novembre 2025 vers 19h30


Alors qu'il n'avait plus qu'un mètre à parcourir avant de pouvoir attraper la poignée de la porte pour quitter le pub, Jerôme sentit son corps se raidir jusqu'à ce qu'il se fige totalement. Le pied gauche devant et le talon du pied droit à peine levé, il s'apprêtait à faire un nouveau pas en avant mais il était devenu totalement immobile malgré lui. Il aurait au moins voulu pouvoir tourner ses yeux dans leur orbite pour ne pas être obligé de regarder face à lui et pour éventuellement découvrir le coupable de ce vilain sort, mais il était impossible d'effectuer le moindre mouvement aussi insignifiant soit-il. Cette situation plus qu'embarrassante l'effreya un court instant, jusqu'à ce qu'Emily, éblouissante, face irruption juste devant lui. Ses lèvres reluisaient, il devinait qu'elle venait de boire une nouvelle gorgée de vin. Il saisit alors à quel point cette jeune femme pouvait user de provocation pour arriver à ses fins. C'était autant excitant et admirable que terrifiant.

La voix de la rousse lui parvint, aussi claire que si elle lui avait parlé dans une pièce vide. Il aurait aimé lui dire que oui, ils pouvaient profiter de la soirée sans histoire. Après tout elle venait de lui passer son avoeu à propos d'une autre coucherie, elle venait de le retenir de s'en aller. Elle était certainement prête à beaucoup de chose pour prendre du temps avec lui, et il en était très touché, c'est vrai. Il aurait voulu lui dire qu'ils pouvaient continuer leur relation quel quelle soit. Mais ce serait trop risqué. Les sentiments s'installent avec le temps, tout le monde le sait. Et puis Jerôme mettait trop de chose en cause en cotoyant Emily : ses convictions, son célibat auquel il s'est atatché et sa dévotion à ROCEH. Trop de choses en si peu de temps.

Le baiser de la jolie jeune femme rendit toutes ces pensées encore plus douloureuses. Elle n'avait qu'à l'embrasser et son coeur se remettait à battre comme pendant une course poursuite. Petit à petit il retoruvait ses sensations, comme si le contact des lèvres de la sorcière lui redonnait vie. Quelle belle métaphore, et quelle garce. Pas qu'il en ait après elle, mais simplement elle avait le don de le faire replonger, craquer et accepter. Il ne pu s'empêcher de lui rendre son baiser en se redressant simplement maintenant qu'il pouvait à nouveau se mouvoir. Elle la sentait puissante, dominante, cette fois. Et cette situation bien qu'embarrassante à souhait était terriblement excitante. Il ignorait si on les regardait, mais peu importe. Il mit lentement fin au baiser de son amante et se mit à soupirer sans ouvrir la bouche.

Très bien... passons cette soirée ensemble, puisque vous y tenez. Mais quittons cet endroit.

Il n'avait aucune envie de rester ici plus longtemps, au milieu de sorciers qu'il pourrait éventuellement avoir déjà rencontré dans le cadre de son travail. Sans compter que c'était dangereux de trainer par ici alors que les Augures en avaient après Emily et qu'ils devaient certainement faire surveiller Jerôme.

Partons pour Londres, vous voulez bien ?

Il attrapa sans force le biceps de la jeune femme tout en la regardant avec sincérité. Dès qu'elle aurait accepté, il transplanerait sans attendre, même en étant à l'intérieur de pub. Tant pis pour le vin. De toute façon celui là n'avait rien à voir avec les bouteils qu'il avait l'habitude d'ouvrir chez lui.

[Fin du RP ici, suite aux commerces moldus]
Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t971-jerome-donell http://wingardiumleviosa-hp.forumactif.com/t947-jerome-donell-valide
Contenu sponsorisé
Revelio
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le comptoir   


Le comptoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le Comptoir d'Argent à Lune d'Argent
» Le Comptoir d'Argent de Lune d'Argent
» Derrière le comptoir .. Kevin et Jana
» 10000 Brèves de comptoir
» Le comptoir de Ginette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wingardium Leviosa :: Pré-Au-Lard :: Boutiques :: La Tête de Sanglier-