............................................. Levez le voile sur le monde magique inspiré de JK Rowling, en 2025...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionPortailS'enregistrer

Partagez | 
 

 Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kathleen Sherwood
avatar
Eleve Serpentard
Revelio
Sang pur Age RPG : 15
Maison : Serpentard
Etre et spécialité(s) : Fille de loup garou
Prédisposée à l'occlumancie

Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Mer 23 Mai - 11:57



My little Pygmy Puff.

Samedi 25 octobre, vers 16h00
Avec Sam Walker

Cela faisait une dizaine de minutes que Kathleen était assise dans la salle d'attente, accompagnée de sa famille d'accueil, uniquement composée d'un couple de sorciers désireux d'avoir un enfant. Il était fort probable que depuis qu'ils avaient rencontré la rousse dont ils avaient maintenant la garde, leur envie d'avoir des enfants leur était passée. Le visage de l'homme, autrefois calme et serein, était désormais décoré de magnifiques cernes. Depuis qu'elle était arrivée chez eux quelques mois auparavant, Kathleen leur en avait fait voir de toutes les couleurs à sa femme et lui. Rien de bien grave, juste des rentrées de soirée mouvementées, des sorties qui lui étaient interdites auxquelles elle avait réussi à se rendre en faisant le mur, et d'autres joyeusetés de ce genre. Sa dernière perle était une immense fête qu'elle avait organisée en leur absence et à leur insu. Le couple était parti un soir à un mariage auquel Kathleen avait refusé de participer : elle s'était donc retrouvée seule, et lorsque les deux sorciers étaient rentrés, leur maison était méconnaissable.

La femme du couple était depuis un mois maintenant souvent prise de crises d'angoisse. La rousse avait été menacée de ne pas pouvoir se rendre à Poudlard en novembre si son comportement ne changeait pas. Elle avait donc cessé de n'en faire qu'à sa tête, mais il fallait croire que la simple présence de la jeune fille dans la maison du couple suffisait à angoisser la sorcière. Kathleen n'avait jamais montré le moindre signe d'affection à sa famille d'accueil qui ne demandait pourtant que cela : une enfant qui l'aime pour ce qu'elle est. Calée dans le coin d'un des fauteuils de la salle d'attente, la rousse avait fait passer ses jambes par dessus un accoudoir, et elle feuilletait distraitement le magazine qu'elle avait trouvé sur la table-basse. Son tuteur lui avait demandé à trois reprises de s'installer correctement ; injonctions qu'elle avait délibérément ignorées. Lorsque Sam Walker entra dans son champ de vision, Kathleen lui lança un bref regard avant de rapporter son attention sur son magazine.

"Hé bah my little Pygmy Puff..." lança-t-elle à l'adresse du médicomage. "Faut croire que tu kiffes te faire attendre..."

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Walker
avatar
Adultes
Revelio
Sang mêlé Age RPG : 25
Maison : Serdaigle
Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Jeu 24 Mai - 0:05


Samedi 25/10, 16h
avec Kathleen Sherwood



Elle. De tous les patients du jour, je devais m'occuper d'elle. Je l'avais bien cherché, après tout j'avais demandé à m'occuper personnellement de son cas à de multiples reprises ; et mon souhait avait été exaucé après qu'elle eut réussit à dégouter deux ou trois collègues. Notre petit bout d'histoire en commun avait également joué en ma faveur : je m'étais occupé d'elle dès son accident et avais été le premier à appliquer le mélange de poudre d'argent et de dictame sur ses plaies encore ouvertes. Cela avait été ma première intervention hors hôpital, et j'y avais trouvé le véritable sens de ce que médecin voulait dire. Une épreuve qui m'avait confirmée pourquoi je voulais faire ce métier : parce que sauver une fillette de douze ans d'une mort atroce tout en pataugeant dans plus de sang que l'on en a jamais vu en vingt-deux ans sans devenir dingue était suffisamment clair pour moi. Je revoyais souvent cette nuit-là par ailleurs, mais pas en cauchemars. Non bien au contraire, il s'agissait de rêves apaisés. Tout avait été mis en œuvre pour sauver Kathleen ce soir-là, et nous avions réussi ; je n'avais donc aucune raison de m'en vouloir.
Mais la demoiselle était devenue une épreuve à elle toute seule après avoir subie l'attaque. Je la comprenais en quelque sorte. Survire à une attaque de loup-garou était assez traumatisant pour expliquer -et excuser- un changement brutal de comportement. Si j'avais été pris au dépourvu lors de ses premières prises de parole qui étaient toujours cinglantes, j'avais depuis lors décidé de ne pas prendre de gants avec elle, voire même de paraître irrespectueux, mais c'était ainsi que fonctionnait la nouvelle Kathleen. Il suffisait de lui montrer les crocs quelques fois et elle se calmait ; tout en conservant le même registre malheureusement. Les autres médicomages s'en accommodaient bien, car cette méthode apportait des résultats. Une fois encore, la fin justifiait les moyens…


J'allais la chercher en salle d'attente, prêt à jouer le rôle du grand méchant loup.


- Ouais, surtout lorsque je dois m'occuper de Doxy. Aller bouge-toi, lit d'examen de la chambre 122. Tu connais la route. Je me tournais vers ses parents adoptifs et retrouvais un air affable. Je m'asseyais à leur coté avec un air sérieux sur le visage. Je devrais vous demander de me suivre pour son examen car elle n'est pas majeure, mais je pense que vous laisser un moment en paix ne pourra pas vous faire de mal. Je n'ose pas vous demander si vous allez bien. Pas la peine d'avoir fait des études pour comprendre que vivre au quotidien avec Kathleen est plus éprouvant que de surveiller Azkaban. Je dois aller m'occuper d'elle, mais je vais envoyer quelqu'un vous voir. Et le refus n'est pas une option, tant que vous êtes dans cet hôpital, j'ai autorité sur votre santé.


C'était bien entendu faux, ils conservaient leur libre-arbitre et pouvaient refuser que mon collègue s'occupe d'eux, mais ils ne semblaient plus avoir la force d'argumenter avec moi. Les pauvres gens étaient à bout. La jeune fille les avait usés et ils donnaient l'impression d'avoir vécus deux vies d'un coup. Ils n'auraient plus jamais d'enfant après elle c'était sûr ; et peut-être même qu'ils éprouveront du mal à vivre normalement après ça. Je leur lançais un dernier sourire qui se voulait réconfortant avant de me diriger vers la salle que j'avais indiqué à la rousse. Je rencontrais au passage un jeune médecin qui avait un peu de temps entre deux patients, et lui parlait brièvement du couple. Il acceptait de s'en charger et j'allais donc au premier étage l'esprit un peu plus tranquille. 


J'entrais dans la chambre 122 et trouvais Kathleen assise sur le lit, avec les jambes ramenées contre elle et les chaussures sur le drap. Sachant qu'elle venait, j'avais pris quelques précautions, notamment de désactiver la clochette d'appel au-dessus du lit. Elle avait fait tourner en bourrique le personnel lors de son dernier passage et les blâmes me retombaient toujours dessus alors je me préparais pour ses visites. 


- Tes chaussures, commençais-je sèchement. Joue la rebelle autant que tu le peux ailleurs, mais dans cet hôpital tu obéis. Et tu le sais. Et enlève ton haut également, que je vois l'évolution des blessures.


Mon regard se posait sur l'armoire à potions au fond de la salle, et j'y remarquais tout de suite les marques de doigts. Le sortilège appliqué avait fonctionné à merveille, et pas besoin d'avoir le troisième œil pour deviner que les marques correspondaient précisément aux mains de la jeune femme… Je profitais que ses mains soient en évidence pour en attraper une.


- Oh attend ! Fais voir ça… J'appliquais un sortilège cuisant sur la paume sans hésiter. Ses yeux s'illuminaient de surprise et de colère alors qu'elle retirait vivement sa main. On coupait les mains des voleurs à une autre époque. T'as de la chance, je suis plus doué pour réparer les demoiselles que les abimer. Recommence pas, c'est clair ?
Voir le profil de l'utilisateur
Kathleen Sherwood
avatar
Eleve Serpentard
Revelio
Sang pur Age RPG : 15
Maison : Serpentard
Etre et spécialité(s) : Fille de loup garou
Prédisposée à l'occlumancie

Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Jeu 24 Mai - 21:56


My little Pygmy Puff.

En entendant Sam l'appeler par le surnom dont il l'affublait depuis bien trop de temps maintenant, Kathleen leva les yeux au plafond avant de les reposer sur l'article qu'elle parcourait de son regard. Terminant tranquillement de lire les dernières lignes de l'actualité people, elle finit par faire basculer ses jambes sur le coté en refermant le magazine. Une fois debout, elle lança l'hebdomadaire sur la table basse et ramassa son sac en cuir noir qui gisait au sol. Plaçant la bandoulière sur son épaule, elle n'adressa pas le moindre regard à ses parents d'accueil. Elle se dirigea vers la sortie de la salle d'attente. Tout en regardant de manière provocatrice le médicomage, elle lui lança sans s'arrêter :

"C'est ça, continue à ronronner, Boursou', ça t'va si bien..."


Kathleen avait cette mauvaise manie de modifier le mot "Boursouflet" à toutes les sauces. Sans un mot de plus, elle se dirigea vers la salle indiquée par le sorcier. Il était rare qu'il la laisse seule... En profitant, elle ouvrit la porte, s'engouffra dans la pièce, et laissa tomber son sac au pied du lit. Observant la pièce de ses yeux ce jour-là plus verts que bruns, elle finit par s'approcher de l'armoire à potions. En voyant par la porte vitrée qu'une fiole de Felix Felicis s'y trouvait, elle n'hésita pas : elle tenta d'ouvrir l'armoire. Seulement voilà : elle n'y parvint pas. Ses doigts glissaient sur la surface transparente sans parvenir à la faire bouger d'un centimètre.

*'tain... Si seulement ils m'laissaient avoir ma baguette...*

Ce précieux objet lui était en effet retiré après chaque cours auquel elle participait... Allez savoir pourquoi ! Se battant un instant encore avec la porte vitrée, elle finit par abandonner, se rendant compte que le temps filait et que Sam ne tarderait pas à arriver. Tentant de retirer à l'aide de la manche de son pull les traces qui se trouvaient sur la vitre, elle fut stoppée dans sa tâche par les bruits de pas caractéristiques du médicomage : il approchait... Faisant volte-face, elle monta d'un bond sur le lit et s'y installa en tailleur tandis que la poignée de la porte s'abaissa. Le panneau de bois tourna sur ses gonds et Sam entra.

"Tes chaussures. Joue la rebelle autant que tu le peux ailleurs, mais dans cet hôpital tu obéis. Et tu le sais. Et enlève ton haut également, que je vois l'évolution des blessures."

Kathleen faisait mine d'être très intéressée par un petit cailloux qui s'était coincé dans la semelle de l'une de ses Dr. Martens. Elle releva très brièvement ses yeux sur le médicomage pour lui lancer un regard blasé, mais elle ne fit pas pour autant ce qu'il lui demandait. C'est alors que Sam s'approcha d'elle, lui demandant de lui faire voir "ça". Ne comprenant d'abord pas de quoi il parlait, elle ne s'attendait pas à ce qu'il attrape l'une de ses mains. Lorsqu'il lui administra ce qui devait être une punition, elle ne put cacher sa surprise et sa colère. Ramenant sa main vers elle, elle l'entendit rétorquer :

"On coupait les mains des voleurs à une autre époque. T'as de la chance, je suis plus doué pour réparer les demoiselles que les abimer. Recommence pas, c'est clair ?"


"Et ça s'dit médicomage..." pesta-t-elle entre ses dents après avoir lâché un juron.

Frottant de son pouce gauche la paume douloureuse de sa main droite, elle finit par faire ce que lui avait demandé l'homme en premier lieu : elle retira une chaussure. Oui : un seule. Qu'elle balança en direction de la tête de Sam. L'objet étant plus lourd que prévu, il n'atteignît pas le visage du brun, mais son épaule. La rencontre entre le muscle du sorcier et la semelle de la chaussure était cependant assez forte pour se faire entendre. Cachant sa bouche derrière sa main et affichant une mine désolée Kathleen, dont le regard semblait être réellement surpris et sincèrement navré, lâcha :

"Oups... Pas fait exprès..."

Son regard retrouvant la seconde d'après sa neutralité habituelle, elle laissa cependant un bref sourire apparaître au coin de ses lèvres lorsqu'elle abaissa sa main. Retirant sa deuxième chaussure, elle la balança sur le sol entre elle et Sam. Faisant comme si l'incident "involontaire" qui venait de se produire n'était jamais arrivé, elle attrapa le bas de son haut et le remonta, retirant ainsi son pull noir qu'elle lança sur le coussin blanc du lit. Elle ne prit pas la peine de mettre de côté sa longue chevelure rousse qui tombait en cascade dans son dos. Elle fixa un instant le médicomage de son regard perçant avant de lui lancer :

"J'ai mis mes plus beaux sous-vêtements rien qu'pour toi."

A en voir la fine dentelle qui recouvrait le seul vêtement qui cachait encore sa poitrine, on aurait pu croire que ce qu'elle venait de dire n'était que la pure vérité. Cependant, son regard provocateur laissant sous-entendre qu'il ne s'agissait pas réellement du plus beau sous-vêtement qu'elle possédait. Toujours assise en tailleur, Kathleen avait posé ses mains devant elle, sur le bord du lit. Ses yeux toujours plongés dans ceux de Sam, on aurait pu croire qu'elle s'apprêtait à l'attaquer à tout instant, comme un loup face à sa proie...

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Walker
avatar
Adultes
Revelio
Sang mêlé Age RPG : 25
Maison : Serdaigle
Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Sam 26 Mai - 15:57


Le juron de Kathleen m'arrachait un sourire. Elle avait beau n'être qu'une sale gosse, son style lui était si propre qu'il était impossible de ne pas rire. J'avais également fait ce pari lorsque j'avais décidé de m'occuper d'elle. Je savais qu'elle n'accepterait pas aussi vite que quelqu'un s'occupe d'elle, alors il me semblait logique de devoir entrer dans son jeu, au moins pendant les premières années. Être aussi sarcastique qu'elle pouvait l'être, la défier autant qu'elle le faisait avec moi… Tout ceci devait -en théorie- me permettre de me rapprocher d'elle et de lui remettre un pied dans la société. Elle ne serait plus jamais la même après son attaque, mais au moins elle ne serait plus coupée du monde.

- Justement. Je suis médicomage, pas ange gardien. Si j'ai une chance de t'empêcher de devenir une misanthrope sociopathe détestant n'importe qui et n'importe quoi, je dois la prendre. J'en vois déjà assez souvent traîner par ici, pas besoin d'en avoir une de plus. Et si j'arrive à t'empêcher de partir à Azkaban pendant que j'y suis, ce serait pas mal non plus. Il paraît que c'est pas génial comme colonie de vacances.

Je laissais la chaussure me rebondir dessus sans relever ses fausses excuses et attendais qu'elle retire son haut afin d'examiner ses anciennes blessures. Je profitais du fait que ses deux Dr. Soient proches l'une de l'autre pour lier les lacets entre eux d'un informulé. Un nœud bien dur à défaire, qui lui donnerait du fil à retordre et pleinement assez de temps pour réfléchir à sa place dans le monde. Enfin si elle ne les coupait pas avant…

- C'est vrai que tu as mis quelque chose cette fois… commentais-je en écartant la crinière rousse de part et d'autre de chacune de ses épaules. Elle était déjà venue sans sous-vêtements à une ou deux reprises, pensant certainement me déstabiliser. Elle avait sans doute oublié que tenter de faire peur à un médecin avec un peu d'anatomie revenait à se défendre d'un dragon avec un lance-flammes.
Les marques de griffures étaient propres et bien cicatrisées. L'intervention rapide des soignants avait permis de stopper l'hémorragie avant qu'elle ne perde trop de sang, mais nous ne pouvions rien faire pour les marques. Les blessures infligées par un loup-garou semblaient presque impossibles à refermer, même avec le traitement approprié, et demeuraient compliquées à camoufler par la suite. Comme si la peau elle-même refusait de coopérer.
Je rompais le silence alors que j'utilisais un sortilège de détection qui nous servait pour les diagnostics internes.

- A part ça, t'as pas d'envie de sang ? Des idées de manger de la viande crue, ou des excès de violence ?
Voir le profil de l'utilisateur
Kathleen Sherwood
avatar
Eleve Serpentard
Revelio
Sang pur Age RPG : 15
Maison : Serpentard
Etre et spécialité(s) : Fille de loup garou
Prédisposée à l'occlumancie

Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Sam 26 Mai - 17:49


My little Pygmy Puff.

"J'aime bien trop m'envoyer en l'air pour devenir misanthrope. Par contre pour c'qui est d'la sociopathie, j'crois qu'c'est trop tard. Et qu'est-c'qu'en t'en aurais à foutre, sérieusement, si j'finissais à Azkaban ? Ca t'ferait des vacances."

Tout en écartant la chevelure de la rousse, Sam commenta la présence de son sous-vêtement. Il était vrai qu'il lui était arrivé de venir sans porter quoique ce soit sous son pull, mais allez savoir si c'était par simple flemme ou pour une raison toute autre. Le médicomage entamait le rituel que Kathleen ne connaissait que trop bien lorsqu'il rompit le silence pour l'interroger. Répondant à l'homme qu'elle savait derrière elle mais qu'elle ne voyait pas, elle répliqua :

"J'dirais plutôt des envies d'meurtres, mais tu m'diras, selon comment j'm'y prends, y a bien des chances pour que le sang fasse partie d'l'équation. La viande, j'ai encore jamais eu envie d'la bouffer crue ; j'la mange toujours saignante. Et j'ai absolument pas d'excès de violence ! Je suis la douceur incarnée."

En disant cette dernière phrase, elle avait pris une voix plus aiguë qu'à l'accoutumée, imitant ainsi une enfant. Comme toujours, il était complexe de savoir si ce que disait Kathleen était vrai, partiellement vrai ou totalement faux. Cependant, le ton qu'elle avait employé pour dire qu'elle était la douceur incarnée laissait clairement entendre qu'elle-même ne croyait pas à ce qu'elle venait d'affirmer.

"Ah et, tu t'rappelles du médicament qu'tu m'as donné pour que je cesse de m'tordre de douleur à chaque pleine lune ?" demanda-t-elle de façon purement réthorique. "Bah c'était vraiment d'la merde. Il a eu aucun effet."

Depuis l'incident, Kathleen était en effet victime de douleurs insupportables lors des nuits de pleine lune. Elle ne fermait pas l'oeil de la nuit et supportait des sensations physiques pénibles, et ce même lorsqu'elle prenait des somnifères. Aucun médicament qu'elle avait testé jusque là ne s'était montré concluant. Passant du phénix à la licorne, elle changea totalement de sujet :

"Pis sinon, elle va comment Ta Moche ?"
demanda-t-elle avec toute la gentillesse dont elle était capable (c'est-à-dire aucune).

Depuis qu'elle l'avait croisée dans le hall de l'hôpital, Kathleen surnommait la copine de Sam ainsi. Elle n'était pourtant pas particulièrement moche, mais ignorant son prénom, la rousse avait fini par lui donner un surnom qui avait pour but d'agacer le brun. En posant cette question elle avait tourné sa tête pour plonger son regard dans celui du sorcier qui se trouvait derrière elle.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Walker
avatar
Adultes
Revelio
Sang mêlé Age RPG : 25
Maison : Serdaigle
Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Dim 27 Mai - 0:17


Pourquoi ça ne me surprenait pas ? Elle disait s'envoyer en l'air, et quelque part j'avais l'impression de déjà le savoir. La seule question qui restait était de savoir qui était assez courageux pour s'approcher de la bête pour y passer une nuit.


- Bon je te passe tout le blabla sur les risques et les protections liés à s'envoyer en l'air, tu dois être au courant. Et quand bien même tu ne saurais pas, tant pis pour toi. Quant à ta présence ou non à Azkaban, oui ça me concerne. Parce que même là-bas il faudra bien qu'un type s'occupe de toi et de ton problème de poils de chien dans les oreilles ; et puisque personne d'autre ne voudra le faire, ça va tomber sur moi. Et je n'irai pas dans ce trou perdu juste pour toi, Doxy.


Je ne relevais pas son commentaire sur ses envies de meurtre, et encore moins sur la partie relevant de la douceur. C'était même étonnant qu'elle connaisse ce mot ; le seul moment où elle devait être douce dans une journée était dans son sommeil. Et encore, je la voyais bien capable de frapper les gens en dormant.


- Ah vraiment ? T'as p'être bien une vraie maladie en fin de compte. Je vais te donner quelque chose de plus fort dans ce cas. Il va falloir surveiller ça de près ; je vais en parler à tes parents et avec ton école, mais l'idéal serait que tu passe une pleine lune ici, dans l'hôpital. Nous pourrions ainsi vraiment étudier ce qui se passe et te soigner en conséquence. Tu seras toute mignonne en rat de laboratoire…


Ses troubles à la pleine lune étaient inquiétants. Elle ne montrait aucun signe de lycanthropie, mais elle ne pouvait pas rester comme ça. J'essayais tous les remèdes possibles, mais j'allais devoir me résoudre à lui donner de la potion Tue-Loup afin de calmer les symptômes. Je notais mes observations et décidais d'en faire part à mes supérieurs. La correspondance avec le directeur de Poudlard ne me faisait pas peur, mais je préférais ne pas avoir à gérer mes patients en plus de mes chefs.


- Ma Moche ? répétais-je, surpris de la question. Comprenant ensuite de qui elle voulait parler, je lui répondais distraitement en écrivant les résultats des examens dans le dossier de la rousse. Bien, je pense. On s'est pas revus depuis qu'elle s'est barrée. Mais qu'est-ce que ça peut te foutre d'ailleurs ? ajoutais-je en levant le yeux par-dessus la feuille.
Voir le profil de l'utilisateur
Kathleen Sherwood
avatar
Eleve Serpentard
Revelio
Sang pur Age RPG : 15
Maison : Serpentard
Etre et spécialité(s) : Fille de loup garou
Prédisposée à l'occlumancie

Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Dim 27 Mai - 1:28


My little Pygmy Puff.

Ecoutant ce que Sam lui disait concernant Azkaban et le fait qu'il allait devoir s'y rendre si elle y était envoyée, Kathleen en vint à la conclusion qu'il avait raison. Il était vrai que les autres médicomages à qui elle avait eu à faire avaient plus ou moins rapidement abandonné son cas en refilant à Sam la partie du traitement ou du suivi de la rousse dont ils avaient la charge. Au final, le brun s'était retrouvé avec l'entièreté du dossier à gérer. L'adolescente n'avait pas changé sa façon d'être, mais Sam était jusqu'alors le seul à ne pas en avoir marre d'elle. Au fond, elle le soupçonnait d'avoir cherché à être l'unique médicomage qu'elle voyait, mais la raison d'un pareil comportement lui échappait encore. Suite à la réaction de Sam après son aveux sur l'inefficacité des derniers médicaments qu'il lui avait prescrits, elle lui demanda :

"Quand tu parles de mes parents, tu fais références aux deux Veracrasses au bord des nerfs qui sont dans la salle d'attente et qui vont pas tarder à me refourguer à une autre famille, ou des deux trous d'balle grâce auxquels j'en suis où j'en suis ?"

Elle avait laissé le ton de sa voix être teinté d'un profond désintérêt lorsqu'elle avait parlé du premier couple, et d'une rancoeur palpable lorsqu'elle avait mentionné ses géniteurs. Encore fallait-il savoir si c'était véritablement ce qu'elle ressentait, ou s'il s'agissait de tout autre chose. Kathleen n'avait pas relevé la remarque de Sam concernant le fait qu'elle serait mignonne en rat de laboratoire. Elle ne fit pas non plus part, que ce soit par la parole ou par sa gestuelle, de ce qu'elle ressentait à l'idée d'être observée toute une nuit de pleine lune. Lorsqu'elle obtint la réponse à sa question, bien évidemment accompagnée d'une phrase cinglante, elle laissa le silence s'installer, soutenant le regard de l'homme. Ce n'est qu'après une éternité qu'elle prit la parole, ne répondant absolument pas à la question posée par Sam :

"T'as fini d'mater ton oeuvre d'art, j'peux m'rhabiller ? Pis bon... Quand j'dis oeuvre d'art, j'suis gentille ; un troll aveugle aurait obtenu un meilleur résultat qu'ça en refermant mes plaies avec ses pieds."

Kathleen faisait-là bien évidemment référence aux quatre cicatrices qui décoraient sa peau, partant de son épaule gauche et traversant diagonalement son dos jusqu'à sa hanche droite. Elle n'avait jamais tenté de les cacher. Il lui arrivait certes, pour diverses raisons, de donner une réponse bien éloignée de la vérité lorsque quelqu'un lui demandait la nature de pareilles entailles, mais la plupart du temps elle balançait la vérité de manière directe et déstabilisante. Se retournant légèrement sur le lit, elle attrapa son sweat à capuche noir qui gisait sur le coussin, mais elle ne l'enfila pas, attendant d'abord d'avoir la réponse à sa question. Avant même que Sam n'ait eu le temps de répondre à son interrogation, elle reprit la parole pour lui demander tout en le provoquant de son regard :

"Et est-c'que j'peux m'tirer ou t'as des trucs à m'dire, me donner, m'faire tester, ou que sais-je encore... ? Non pas qu'ta présence me fasse chier, mais presque. J'en peux plus d'voir ta tronche."

Il fallait dire que Sam et Kathleen, se voyant tous les mois, étaient passés par bien des stades. Celui de l'engueulade était revenu à plus d'une reprise. Les autres médicomages avaient fini par insonoriser la pièce dans laquelle ils se voyaient pour que les cris de leur collègue n'importunent pas les patients. Lorsqu'elle avait treize ans, la rousse avait mis un jour la vie d'un patient en danger. Suite à cet épisode, elle était toujours reçue dans des chambres vides de tous patients. C'est d'ailleurs ce jour-là qu'elle avait adressé ses premiers mots après environ un an de silence complet. Entendre le son de la voix de Kathleen avait en premier lieu déstabilisé Sam, mais il lui avait tout de même passé un savon. D'autres épisodes du même genre, comme le jour où elle avait failli mettre le feu à l'hôpital, avaient également été cause d'engueulades.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Walker
avatar
Adultes
Revelio
Sang mêlé Age RPG : 25
Maison : Serdaigle
Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Dim 27 Mai - 18:35


- Je veux parler des… Oh et puis laisses-tomber. Tu verras bien, assénais-je d'un air fatigué. Qu'est-ce que ce couple lui avait fait pour qu'elle les déteste à ce point ?
La façon qu'elle avait d'épuiser les gens jusqu'à ce qu'ils l'abandonnent était chronique et inévitable. A croire qu'elle cherchait volontairement à dégouter tout le monde de sa présence jusqu'à se retrouver effectivement seule. Cela n'arriverait pas sous mon contrôle. A force d'insister -et je savais être têtu- elle finirait par s'ouvrir un peu. Je ne devais pas briser sa coquille, mais attendre qu'elle s'ouvre d'elle-même.


- Si t'es pas contente, j'peux toujours les rouvrir si tu veux t'amuser à les raccommoder. Juste un conseil cependant : fais-le dans un endroit qui se lave facilement. T'as foutue du sang partout la dernière fois que t'as jouée au loup touche-touche. A peine plus et j'en avais assez pour remplir ma baignoire. Un peu plus et tu restais totalement, définitivement et fatalement morte aussi. Mais vu qu'on est pas très vampire dans le coin, on a préférés te rassembler en un seul morceau. Rhabille-toi, t'as assez jouée à l'allumeuse pour aujourd'hui. Je vais te préparer une potion pour la prochaine pleine lune ; tu peux aller en salle d'attente pendant ce temps.  


Je gardais les yeux posés sur elle. Des trucs à dire ? Oui j'en avais. Beaucoup même, mais je ne parvenais pas à le lui dire. J'avais toute la scène sur le bout de la langue, mais aucun mot ne franchissait mes lèvres. Au lieu de cela, ils restaient dans ma tête pour y tourner en boucle.
*Comme t'étais pas non plus en état de t'opposer aux soins, on a fait ce qu'il fallait. Tu peux nous en vouloir. M'en vouloir, vu comment je me suis acharné à te garder de ce coté de l'outre-vie. Peut-être que je n'aurais pas dû. Que j'aurais dû te laisser mourir d'hémorragie là au milieu, et regarder devenir une martyre des méchants hybrides. Une statistique de plus aux yeux des puissants. Mais ce soir-là, j'ai vu le regard d'une enfant qui ne comprenait pas. Qui ne comprendrait peut-être jamais. Et qui devait vivre, coûte que coûte. * 


Je la laissais sortir de la salle et rejoindre sa famille d'accueil avant d'aller préparer une potion Tue-loup amoindrie. Le quart du dosage habituel devrait faire l'affaire. Et en l'absence de données exactes sur ce que la rousse ressentait à chaque fois, il était difficile de lui donner quelque chose d'efficace. Mais j'avais bon espoir. Pour elle, et pour sa vie ; même si elle s'entêtait à la rendre aussi compliquée que possible.
Voir le profil de l'utilisateur
Kathleen Sherwood
avatar
Eleve Serpentard
Revelio
Sang pur Age RPG : 15
Maison : Serpentard
Etre et spécialité(s) : Fille de loup garou
Prédisposée à l'occlumancie

Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Dim 27 Mai - 19:58


My little Pygmy Puff.

Kathleen n'avait jamais montré la moindre reconnaissance envers ceux qui lui avaient sauvé la vie. Sam lui avait raconté qu'il avait fait partie de l'équipe qui s'était déplacée sur les lieux de l'incident pour la récupérer. La nouvelle copine du père de la rousse, celle qui l'avait sauvée des crocs du sorcier transformé en loup-garou, n'avait pas pris le risque de transplaner avec le corps ensanglanté de l'enfant : elle avait fait appel aux médicomages à l'aide d'un Patronus après s'être enfuie avec elle dans les bois. Ce que les guérisseurs avaient fait ce soir-là avait été extrêmement risqué : se rendre dans une forêt où rodait un loup-garou assoiffé de sang simplement pour sauver une gamine de douze ans...

"Ça marche." lâcha pour toute réponse Kathleen après que Sam lui ai dit de se rhabiller et de retourner dans la salle d'attente.

Elle n'avait pas répondu tout de suite, fixant longuement l'homme avant de prendre la parole. En effet, Kathleen attendait qu'il parle ; car il voulait parler.... Mais il ne le fit pas. Comprenant qu'il ne prononcerait pas un mot de plus, elle avait pris la parole avant d'enfiler son sweat-shirt. Rabaissant la capuche qui s'était d'elle-même mise sur sa tête, elle délivra de ses deux mains ses cheveux de sous le pull avant de descendre du lit. Sans un regard en arrière, elle attrapa d'une main ses Dr. Martens qu'elle tenait l'une contre l'autre et quitta la pièce. S'arrêtant au milieu du couloir, elle se laissa glisser contre le mur jusqu'à ce que ses fesses touchent le sol. Elle se rendit alors compte que les lacets étaient emmêlés.

"Puta*n" pesta-t-elle entre ses dents après avoir tenté un instant de défaire l'immense noeud.

Il n'y avait pas de doute possible : seule la magie avait pu provoquer pareil emmêlement. Se relevant, elle traversa le couloir en sens inverse pour aller retrouver Sam. Sur le chemin, elle coupa la route à un guérisseur qui sortait d'une pièce avec un dossier en main : surpris de voir une sorcière lui passer devant, il lâcha le dossier qui s'ouvrit au sol, éparpillant au passage les feuilles par terre. Arrivée dans la pièce, elle claqua la porte derrière elle et balança ses deux chaussures unies aux pieds du sorcier qui lui tournait le dos. Il était en train de faire elle ne savait trop quoi avec des fioles. S'appuyant contre la porte, elle croisa les bras devant elle et resta un instant silencieuse avant de prendre la parole sur un ton d'une douceur qui lui était peu connue :

"Je peux comprendre que tu soies un peu chamboulé suite au départ de ta copine, et Dieu sait c'qu'elle est c*nne d'avoir abandonné un canon pareil, mais, d'entre nous deux, t'es quand même celui qui est censé se comporter comme un adulte, My Pygmy Puff adoré."

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Walker
avatar
Adultes
Revelio
Sang mêlé Age RPG : 25
Maison : Serdaigle
Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Dim 27 Mai - 22:45


Je n'eu même pas besoin de me retourner pour demander qui venait d'entrer dans la pièce. La porte qui claquait, le bruit caractéristique d'une paire de grosses chaussures lancées en ma direction… Cela ne pouvait être qu'une seule personne. Qui avait faillit me faire sursauter, et rater la potion par la même occasion.


- Tiens donc. Seraient-ce là des remontrances de la part de la fille de Satan en personne ? Je ne comprends pas le fondement de l'accusation votre Honneur, j'ai toujours été un adulte responsable me comportant comme tel. Il n'est écrit nulle part que la vie doit être chiante et répétitive après avoir un métier. Les nœuds de lacets sont un jeu particulièrement intéressant, et la vie doit servir à s'amuser non ? C'est pas toi qui va me dire le contraire…


Je profitais de devoir poser une fiole pour défaire une partie seulement du nœud qui l'empêchait de remettre ses chaussures. Le défaire entièrement aurait-été trop facile ; il avait été mis ici dans le but de la faire galérer un peu après tout.


- D'ailleurs je t'avais pas dis d'aller en salle d'attente ? T'écoutes si peu en cours que tu sais pas lire un panneau marqué "réservé au personnel" ? Je mélangeais une dernière le remède et le laissait reposer sur un support. Encore quelques minutes et ce sera prêt. Assieds-toi, tu paiera pas plus cher ajoutais-je en indiquant des chaises hautes devant une paillasse.


Il aurait été difficile, pour ne pas dire impossible, de ne pas remarquer le changement de ton qui s'était opéré dans sa voix ; comme si elle était soudainement très sérieuse. Sérieuse et douce en même temps… Quelque chose ne tournait vraiment pas rond chez cette fille. Je m'appuyais sur la table en croisant les bras, face à elle.


- Perturbé ? Mouais, c'est pas vraiment la première fois vois-tu. Être canon ne suffit pas, parce que justement dans le monde des adultes il y a toute la vie à gérer. Même, et surtout, le boulot. Je devrais te remercier du compliment, mais venant de quelqu'un de ton âge je ne sais pas trop quoi en penser. Je faisais soudainement le lien entre la douceur de sa voix et ce que je lui avais dit précédemment. Dis donc, My Little Foxy, disais-je en entortillant une mèche de ses cheveux autour de mon index avec un sourire narquois affiché sur le visage, t'essayerais pas de me remercier par hasard ?
Voir le profil de l'utilisateur
Kathleen Sherwood
avatar
Eleve Serpentard
Revelio
Sang pur Age RPG : 15
Maison : Serpentard
Etre et spécialité(s) : Fille de loup garou
Prédisposée à l'occlumancie

Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Dim 27 Mai - 23:32


My little Pygmy Puff.

En entendant Sam plaider non coupable, Kathleen leva les yeux au plafond. Retenant un soupir, elle se contenta de lancer un simple "T'as pas tort." lorsqu'il affirma que la vie devait servir à s'amuser. La rousse était la première à faire ce qu'elle voulait sans penser aux conséquences, alors elle n'allait certainement pas contredire ces sages paroles. Voyant que le médicomage avait pointé momentanément sa baguette en direction des chaussures, la demoiselle quitta la porte contre laquelle elle était adossée pour faire un pas en avant et ainsi vérifier que le noeud avait bien été défait. Comme elle s'en doutait : ce n'était pas le cas. Alors qu'elle s'apprêtait à faire une remarque, Sam reprit la parole. Il la questionna, lui demandant s'il ne lui avait pas dit d'aller en salle d'attente.

"Entre ne pas savoir lire à mon âge ou être atteinte d'Alzheimer à 25 piges, mon choix est vite fait... Au moins moi j'peux encore apprendre à lire."

Elle faisait bien évidemment référence au fait qu'il la questionnait sur une chose qu'il avait lui-même dite quelques minutes seulement auparavant. Décroisant les bras suite à l'invitation du brun, elle s'approcha d'un tabouret haut et y grimpa. S'y asseyant en tailleur, elle manqua de tomber, se rattrapant de justesse au plan de travail qui se trouvait derrière elle. Une fois stabilisée, elle glissa ses mains dans les poches qui se trouvaient à l'avant de son pull. Sam reprit la parole, expliquant à Kathleen qu'être canon ne suffisait pas. Il la questionna ensuite, lui demandant si elle essayait de le remercier. Ils étaient assez proches l'un de l'autre pour que le médicomage puisse attraper l'une des mèches rousse de la demoiselle. Cette dernière ne l'empêcha pas de jouer avec ses cheveux. Penchant la tête sur le côté, elle demanda :

"Te remercier pour quoi ? Pour n'avoir toujours pas enlevé le noeud que t'as fait dans mes lacets ? Alors oui, dans ce cas, merci Puffy, t'es le meilleur."

Lorsqu'elle l'avait questionné, le ton de sa voix était emprunt d'une réelle interrogation... A moins qu'il se soit agi d'une profonde indifférence ? Dans les yeux de la demoiselle, il était possible d'y voir une certaine incompréhension, mais à peine avait-elle remercié l'homme que la lueur se mua en un amusement flagrant. C'était la première fois qu'elle disait le mot "merci" à Sam... Et peut-être (j'ai bien dit "peut-être") que le message était plus complexe que ce qu'elle ne laissait paraître. Bien qu'assise sur un tabouret haut, Kathleen restait plus petite que l'homme ; elle devait donc légèrement lever le menton pour plonger son regard dans celui de Sam. A cet instant-là, elle n'avait qu'une envie. Je ne vous en ferai cependant pas part. Libre à vous d'imaginer s'il s'agissait plutôt d'un désir de dormir, de manger, de partir, ou quoique ce soit d'autre.

"Et tu sais, que j'aie cinq ans de plus ou cinq ans de moins, un compliment reste un compliment. La vraie question est de savoir s'il était sincère ou non..." ajouta-t-elle en laissant apparaître un sourire en coin.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Walker
avatar
Adultes
Revelio
Sang mêlé Age RPG : 25
Maison : Serdaigle
Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Ven 1 Juin - 14:39


- Tu veux parler du nœud que je viens de desserrer ? Il peut t’en débarrasser, il te faudra juste de la patience. C’est un très bon exercice ! Tu vas travailler la dextérité, et en plus toute cette gymnastique cérébrale va renforcer tes défenses contre Alzheimer, et crois-moi j’en sais quelque chose ! répliquai-je avec une pointe de sarcasme. Et sache que tout le plaisir est pour moi…


Je lâchai sa mèche de cheveux et retournai vérifier l’état de la potion. Elle avait eu le temps de se reposer tranquillement et il ne me restait plus qu’à la transférer du chaudron dans une fiole plus pratique à transporter et à utiliser. La rousse en aurait assez pour aller jusqu’à la prochaine lune, si elle faisait attention. Comme je ne pouvais pas être certain de l’efficacité de cette potion, je préférerais n’en faire qu’une seule dose afin d’avoir le retour d’expérience de la principale intéressée avant de lui en faire davantage. Je devais être sûr que Kathleen s’accommodait de ce liquide avant de lui en donner davantage. Pas très scientifique comme méthode, mais en l'absence de nouveaux éléments décrivant ses problèmes je ne pouvais faire mieux.


- Sincère ? C’est peut-être bien le seul sujet à propos duquel je suis persuadé que tu le seras toujours. Je pense que tu mens sur tout, sauf les affaires de fesses. N’ai-je pas raison ?


Il y avait du progrès. Ma jeune patiente venait de me remercier de l'avoir sauvée. Pas de la bonne façon ni avec les bons mots, certes, mais elle m'avait remercié quand même. Elle n'était peut-être qu'une gamine aigrie par son accident mais elle n'était pas entièrement ingrate. Il fallait juste lui donner le temps de se réadapter à la vie en société, ce qui pouvait prendre du temps après un traumatisme pareil. Je revenais vers Kathleen après avoir bouché la fiole et la déposais devant la rousse.


- Voilà. Tu en as assez pour un mois. Cela devrait atténuer les douleurs, voire même les faire disparaître totalement. On se reverra après la prochaine pleine lune, alors je compte sur toi pour me donner un retour d'utilisation précis. Si tu es capable de mettre ton sarcasme de coté pendant trente secondes… Que l'on soit bien d'accord : c'est une potion plus ou moins expérimentale, alors les effets seront présents, mais le goût sera certainement immonde. Et non, je ne veux pas l'améliorer tout de suite.
Voir le profil de l'utilisateur
Kathleen Sherwood
avatar
Eleve Serpentard
Revelio
Sang pur Age RPG : 15
Maison : Serpentard
Etre et spécialité(s) : Fille de loup garou
Prédisposée à l'occlumancie

Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Ven 1 Juin - 19:41


My little Pygmy Puff.

En entendant Sam parler du noeud qu'il avait fait dans ses lacets, Kathleen leva les yeux au plafond, affichant une indifférence profonde... Seul un très faible sourire en coin allait à l'encontre de l'expression affichée par la rousse. C'est alors que le médicomage délaissa la mèche de cheveux de la jeune fille et se retourna, se dirigeant vers le chaudron où se trouvait la potion qu'il préparait. Observant les faits et gestes du professionnel sans bouger, Kathleen attendit patiemment qu'il ait terminé. C'est alors qu'il fit une remarque concernant sa sincérité, donnant à ses paroles un caractère sexuel qu'elle n'avait pourtant pas mentionné. L'homme se retourna puis donna des explications concernant la potion. Ignorant totalement ses indications, Kathleen préféra revenir sur la seconde prise de parole du brun.

"J'ai dit que t'étais canon, pas que j'voulais que tu m'prennes sur c'te paillasse." lâcha-t-elle en faisant un bref signe de tête en direction du plan de travail contre lequel elle était adossée. "Quoique j'serais pas contre."

Les derniers mots de la rousse sonnaient profondément faux, et en même temps terriblement vrais. Elle avait le don pour rendre ses gestes et ses paroles aussi ambigus que possible. S'agissait-il d'une simple provocation, ou d'une réelle invitation ? Sortant ses mains des poches de son sweat-shirt, elle posa le coude de son bras gauche sur la paillasse qu'elle avait mentionnée, laissant sa main gauche pendre dans le vide tandis que, de la droite, elle ramenait son épaisse chevelure en arrière. Elle adressa alors à Sam un sourire en coin aussi marqué qu'arrogant. Décroisant ses jambes, elle posa ses pieds sur une barre horizontale du tabouret prévue à cet effet et elle se pencha pour attraper de sa main droite l'avant-bras du médicomage. Le rapprochant d'elle en tirant doucement sur son bras, elle prit la parole une fois qu'il se trouvait face à elle :

"Mais encore faudrait-il que tu oses."

Ca, c'était de la provocation. A en voir la manière dont elle avait légèrement penché la tête sur le côté : ça ne pouvait être que cela... Un sourire aussi amusé que sérieux étiraient les lèvres de Kathleen. Sam se trouvant désormais plus proche d'elle qu'auparavant, elle devait davantage relever la tête. Dans ses yeux, une lueur indescriptible était présente. Totalement immobile, elle le fixait en silence, ne détachant pas une seule seconde son regard des yeux du brun. Etait-elle vraiment sérieuse ? Faisait-elle véritablement du rentre-dedans au médicomage qui s'occupait de son cas depuis plus de trois ans ? Il fallait dire qu'elle avait bien grandi, depuis le temps, et qu'il n'était pas totalement aberrant qu'elle soit intéressée physiquement par cet homme qu'elle envoyait bien trop souvent chier et qui la traitait, en retour, avec la même délicatesse qu'elle employait elle-même.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Walker
avatar
Adultes
Revelio
Sang mêlé Age RPG : 25
Maison : Serdaigle
Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Jeu 7 Juin - 23:13



What does the Fox say ?


Lorsqu'elle m'approchait de son visage, je savais d'avance que ce n'était pas pour me faire des compliments. Tout d'abord parce que cela ne rentrait pas dans nos habitudes de conversation, mais surtout Kathleen n'en n'était tout simplement pas capable. Toutes les paroles que je n'avais jamais entendu sortir de sa bouche n'étaient composées que de sarcasmes, de vérités blessantes ou de méchancetés plus ou moins gratuites (même si la victime l'avait pratiquement toujours mérité) et de temps en temps -mais pas trop non plus- nous avions droit à une réponse sur un ton distant et désintéressé.

- Qu'est-ce que je disais… Tu n'es peut-être pas contre, mais il y a des règles ici. Et toutes m'interdisent de te "prendre sur c'te paillasse". Et ce n'est pas comme si j'étais intéressé de toute façon, tu sors à peine du jardin d'enfants. Je me penchais plus encore jusqu'à ce que mes lèvres arrivent au niveau de son oreille. Même si ce n'était pas le cas, il n'y a pas assez de folie en toi pour que cela vaille le coup. Tu ne serais qu'une Moche de plus… Je m'éloignais d'elle et m'appuyais contre le mur, de profil face à la rousse. Et tu ne souhaites pas être inintéressante je pense. Ton manège marcherait avec un interne, mais pas avec moi. On se connait depuis trop longtemps ma chérie.

Je rangeais d'un coup de baguette les ingrédients et les pots qui étaient restés éparpillés sur le plan de travail là où j'avais réalisé la potion de sommeil pour Kathleen. C'était inutile de faire la morale à la rousse si je n'avais pas moi-même un semblant d'ordre et d'organisation.

- Il faudrait que j'ose ? Ma question était purement rhétorique, mais elle s'accompagnait d'un petit sourire. Que j'ose quoi ? Te bondir dessus en déchirant tes vêtements comme une bête, te mettre la claque que tu mérites depuis des années ou te dire la vérité ? Je peux oser beaucoup de choses ; la question est de savoir si tu assumeras jusqu'au bout.

Je quittais ma position contre le mur et allais finir le rangement manuellement. Je préférais ranger moi-même le matériel tant que cela était possible. Le don de la magie était utile mais ne devait devenir un prétexte pour devenir fainéant. Tournant le dos à la rousse, je la laissais mariner sur son tabouret sans rien dire de plus.




Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Kathleen Sherwood
avatar
Eleve Serpentard
Revelio
Sang pur Age RPG : 15
Maison : Serpentard
Etre et spécialité(s) : Fille de loup garou
Prédisposée à l'occlumancie

Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Ven 8 Juin - 20:52


My little Pygmy Puff.

Kathleen n'avait pas bronché durant toute la prise de parole du brun. Elle ne le retint pas lorsqu'il se défit de son emprise pour aller se placer contre le mur. Glissant son regard sur lui, elle continua à l'écouter, posant sa main droite sur le poignet de son bras gauche qui était toujours accoudé à la paillasse. La rousse ne réagit même pas lorsqu'il la surnomma "chérie", se contentant de suivre du regard les divers objets qui s'envolaient de parts et d'autres de la pièce pour rejoindre leur place initiale. Les dernières paroles de Sam sonnèrent aux oreilles de Kathleen comme une mise à l'épreuve. Avait-il dit cela en pensant que la jeune demoiselle ne savait pas ce qu'elle voulait ?

Bien décidée à lui prouver le contraire, elle posa ses deux mains sur le bord de la paillasse et, mettant ses pieds sur le tabouret, elle prit appui sur ses mains et ses pieds pour s'asseoir sur le plan de travail. Trois secondes plus tard, elle était debout sur la paillasse. Progressant en direction du meuble où se dirigeait Sam, elle dut enjamber un évier et traverser une table avant de se retrouver sur l'armoire basse devant laquelle le médicomage s'était accroupi pour y ranger un bécher. S'asseyant en tailleur sur le meuble, elle se pencha tout en tendant une main en direction du visage de Sam, se retenant de son autre main au bord du meuble afin de ne pas basculer en avant. Glissant ses doigts sous le menton du brun, elle le força à relever la tête.

"Je pense que tu es plus intéressé par moi que c'que tu oses avouer. Tu vas pas m'dire que j'suis pas ton style, quand même... Mh ?"
Elle ne lui laissa pas le temps de répondre que déjà elle ajoutait : "Même si tu m'le disais, j'te croirai pas. Et j'te demande pas d'faire de moi une Moche de plus. Juste de... Je sais pas... Rendre nos rencontres un peu plus intéressantes ?" Par là, elle voulait bien évidemment dire qu'elle ne recherchait de loin pas une relation sérieuse. Un sourire en coin étira ses lèvres. "Ca a du bon, d'briser les règles, parfois... Et la vie doit servir à s'amuser, non ? C'est pas toi qui vas me dire le contraire…" Kathleen avait volontairement reprit la formulation exacte de ce que lui avait dit Sam le jour même. "Et tu sais très bien c'que j'veux qu'tu oses, alors fais-le, ou défile-toi, mais arrête de poser des questions. Je saurai assumer."

Tout en parlant, elle avait fait glisser son regard d'un oeil de Sam à l'autre. En prononçant ses dernières paroles, elle avait réduit de moitié la distance qui se trouvait entre leur visage, de telle sorte que, maintenant, peu de centimètres encore les séparaient. Glissant la main qui se trouvait sous le menton du médicomage sur la joue de celui-ci, elle l'encouragea d'un bref regard en direction de ses lèvres à parcourir la distance restante. Si quelqu'un entrait en cet instant dans la pièce, il ou elle aurait pu croire que Kathleen et Sam venaient de s'embrasser. Au fond des yeux brillants de la rousse brillait une lueur de défi. Elle était persuadée que le brun n'oserait pas... Il ne pouvait pas oser... Si ?

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Walker
avatar
Adultes
Revelio
Sang mêlé Age RPG : 25
Maison : Serdaigle
Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Mer 13 Juin - 22:58




What does the Fox say ?


Kathleen était vraiment déterminée à avoir ce qu’elle voulait. Bien qu’une telle obstination fût admirable, en particulier venant d'une personne qui avait autant souffert qu’elle, le problème restait inchangé. Je ne pouvais pas lui donner ce qu’elle désirait, tout simplement parce que cela ne se faisait pas. Elle avait l’âge d’être ma petite sœur. Et toutes les règles m’interdisaient de le faire. Ce n’était pas bien compliqué, il m’était impossible de faire ce qu’elle voulait. Elle avait raison sur certains points cependant. Il y avait quelque chose d'irrésistible dans sa personnalité explosive, quelque chose de formidable dans sa survie. Point de vue qui n’était très certainement pas partagé par beaucoup de monde, surtout après avoir côtoyé Kathleen pendant deux jours au minimum. Mais pour moi qui la connaissais depuis des années, les choses étaient différentes. Avec l’habitude de la voir, je percevais plus loin que la carapace qu’elle utilisait pour se protéger.


La rousse était attirante, oui ; pour un peu qu’on la connaisse. Le seul problème, c'est que personne ne voulait rester à ses côtés aussi longtemps. Personne n'avait la patience de vouloir la soutenir et apprendre à la connaître pour finalement l'apprécier. Moi-même je n'y avais pas échappé : mon intérêt pour la demoiselle avait été motivé par mon seul désir de la sauver. Toutes ces heures passées avec elle, dans le but unique de satisfaire mon besoin très égoïste de soigner les gens. Ils en bénéficiaient eux-aussi, mais c'était la seule différence entre un tueur psychopathe et un docteur. L'altruisme pur n'existe pas, il dissimule toujours quelque chose d'autre ; généralement une grande fierté et un désir plus ou moins important d'être remercié et reconnu pour avoir aidé son prochain. Ce travail de guérisseur était pour moi une raison d'être. Je voulais ressentir l'adrénaline parcourir mes veines lors des urgences les plus graves, explorer toutes les options dans les cas les plus désespérés, et voir les flots d'émotions dans les yeux des patients. Au point de souvent détester les jours vides et calmes.
Au final la demoiselle était plus adulte que ce que son attitude laissait penser. Son accident l’avait fait grandir vite, beaucoup trop vite. La déroute affective qui en résultait expliquait à elle seule le cynisme empreint de misanthropie qu’elle affichait en permanence. Et plus j’y pensais, plus je trouvais quelque chose à cette fille.

"Ça a du bon, d'briser les règles, parfois... Et la vie doit servir à s'amuser, non ? C'est pas toi qui vas me dire le contraire…"

Voilà qu'elle me renvoyait ma philosophie dans les dents. Quinze partout. C'était vrai qu'à bien y penser, les règles étaient là pour guider notre vie, pas la dicter. Et il y avait ce sortilège bien pratique de bloque-porte qui verrouillait le panneau de bois en affichant une marque de l’autre côté, indiquant aux autres médicomage qu’une consultation était en cours, et qui nécessitait l’autorisation expresse du lanceur pour désengager le loquet. Le sort n’était enseigné qu’après les études de médicomagie pour empêcher les internes de fermer toutes les portes de l’hôpital par mégarde. Si je le voulais vraiment, ce qu'elle désirait pouvait bien se produire. Elle voulait jouer à qui de nous deux craquerait en premier ; et je ne comptais pas lui donner ce plaisir. Hors de question de l'entendre me rabâcher les oreilles avec sa victoire lors de chacune de nos prochaines rencontres.

"Je saurai assumer."

- Ça nous le saurons très vite, My Little Foxy.

 

Je passais une main derrière sa tête et pressais ses lèvres contre les miennes.


Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Kathleen Sherwood
avatar
Eleve Serpentard
Revelio
Sang pur Age RPG : 15
Maison : Serpentard
Etre et spécialité(s) : Fille de loup garou
Prédisposée à l'occlumancie

Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Dim 17 Juin - 1:12


My little Pygmy Puff.

Il craqua. Cela faisait quelques mois déjà que Kathleen essayait de le déstabiliser, et elle y était enfin parvenue. Elle avait bien vu, au fond de ses yeux, qu'il ne voulait tout d'abord pas enfreindre un bon petit nombre de règles -tant officielles que morales- en donnant à la rousse ce qu'elle voulait. Elle avait cependant réussi, par ses paroles bien réfléchies, à lui faire franchir cette limite qu'il s'était imposée. Sam avait glissé sa main derrière la tête de la jeune demoiselle afin de l'embrasser. L'échange ne fut pas tendre ; loin de là. Fougueux, endiablé, ardent, mais pas tendre. La rousse avait attrapé la tête du sorcier de ses deux mains avant de laisser l'une d'entre elles glisser jusqu'à son torse. Sans rompre le contact de leurs lèvres, Kathleen descendit du petit meuble bas et posa les genoux au sol afin de se mettre entre les jambes de l'homme toujours accroupi.

Embrassant Sam, non sans attraper de temps à autres sa lèvre inférieure entre ses dents, la demoiselle glissa ses doigts sous la blouse du médicomage. Remontant gentiment, mais sûrement le vêtement, elle rompit le baiser lorsqu'elle se trouva à mi-chemin et, tout en fixant l'homme de son regard déterminé, elle retira à l'aide de ses deux mains la blouse qu'elle lança par la suite derrière la brun. Elle retira ensuite son propre haut qu'elle envoya également plus loin avant de reprendre les hostilités. Kathleen avait bien remarqué comme Sam avait cessé de la surnommer "Doxy", remplaçant la première lettre par un "F". Il avait commencé lorsqu'il avait attrapé l'une de ses mèches de cheveux ; geste qui pouvait être qualifié de séducteur. La rousse était donc passée d'un nuisible à un renard. Mettant fin pour la seconde fois à leur échange, elle lança un regard qui en disait long à Sam avant de laisser ses yeux parcourir le torse étonnamment musclé du médicomage tout en prenant la parole :

"Tu trouves quand l'temps d'faire d'la gonflette ? Mh ?"

Le terme qu'elle avait employé était volontairement péjoratif : elle sous-entendait par là que les muscles visibles de Sam n'étaient que purement décoratifs, et qu'il n'avait pas plus de force qu'elle dans ses bras. Etait-ce sa manière à elle de le mettre au défi de lui prouver qu'il ne s'agissait pas que de "gonflette" ? Le regard purement provocateur et le sourire qui l'accompagnait laissaient penser qu'elle sous-estimait en effet la force physique du brun. La question était donc la suivante : allait-il répondre à sa provocation et, si oui, comment allait-il s'y prendre pour lui prouver qu'elle avait tort ? Allait-il lui faire regretter, d'une manière ou d'une autre, son insinuation ? Ou allait-il, comme souvent, ignorer sa remarque ? Il était fort probable que Kathleen ait lancé cette pique pour rendre la suite des événements plus pimentée encore que ce que leur premier échange avait laissé penser. La rousse était en effet du genre à en vouloir toujours plus. Et là, elle en voulait beaucoup.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Walker
avatar
Adultes
Revelio
Sang mêlé Age RPG : 25
Maison : Serdaigle
Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Jeu 21 Juin - 19:33



What does the Fox say ?


Cette sensation de me sentir étranger dans mon corps était vraiment bizarre. Il y avait encore en moi une fraction de conscience qui essayait de me faire entendre raison ; mais elle diminuait rapidement et finissait par se taire, subjuguée par le désir. Pendant un très court instant, j'étais comme spectateur de moi-même. C'était pourtant bien mes mains qui étaient posées sur le corps de Katheen, et mes lèvres contre les siennes ; mais cela ne semblait plus important. Pris par l'émotion et la fougue, tout le monde extérieur à cette pièce n'avait plus aucune importance.


- De la gonflette ? répétais-je interloqué. Je n'avais jamais mis les pieds dans une salle de sport, et je comptais bien ne jamais le faire. Je prenais soin de moi, certes, mais il était hors de question de passer le peu de temps libre que j'avais en dehors de l'hôpital à me fatiguer à soulever de la fonte. J'y pense de temps en temps entre deux chasses au renard. C’est-à-dire que c'est déjà plutôt physique comme activité… ajoutais-je en souriant, tout en soulevant la rousse par les hanches. La maintenant en l'air, je fixais son regard. Toi par contre t'es pas bien épaisse. Faudrait aller demander conseil à ton médecin…
Je la reposais en position assise sur le meuble d'où elle venait, les jambes dans le vide, et me redressais tout en restant à genoux devant le meuble ; me retrouvant par là-même nez-à-nez avec la dentelle qui couvrait son buste.


- Hé bien ! Hello par ici, j'ai pas l'habitude de voir ce côté-ci, mais il est tout aussi intéressant que ton dos.


Je laissais mes mains glisser le long de son buste. Le doux contact de sa peau sous mes doigts me faisait frissonner. Était-ce bien, était-ce mal ? Dans tous les cas, cela n'avait plus d'importance. Je me relevais et plongeais mon regard dans le sien, tout en la collant contre moi d'une main pendant que l'autre défaisait les agrafes de son vêtement. 


Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Kathleen Sherwood
avatar
Eleve Serpentard
Revelio
Sang pur Age RPG : 15
Maison : Serpentard
Etre et spécialité(s) : Fille de loup garou
Prédisposée à l'occlumancie

Camp : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    Ven 22 Juin - 13:59


My little Pygmy Puff.

La facilité avec laquelle Sam avait soulevé Kathleen suffisait à elle seule à faire comprendre à la rousse que les muscles proéminents du sorcier n'étaient pas que décoratifs. L'homme répliqua que la chasse au renard était une activité déjà bien assez physique, la demoiselle ne put s'empêcher de laisser un doux rire franchir ses lèvres alors que Sam la plaçait sur le meuble qu'elle avait quitté pour l'embrasser. A sa dernière réplique, celle concernant le fait qu'elle devait demander conseil à son médecin pour résoudre un problème de poids qu'elle n'avait pas réellement, elle répondit :

"J'y penserai, mais j'ai l'impression que mon médecin n'est pas très compétant...."


Une fois de plus, c'était une pique qu'elle lançait-là à Sam. Même dans un moment qui se voulait tendre, les deux sorciers ne l'étaient pas l'un envers l'autre. Du moins... Kathleen ne l'était pas. Le médicomage, lui, l'était déjà un peu plus : il laissa ses doigts glisser sur la peau de la rousse. Cette dernière le laissa faire, se contentant de lever les yeux au ciel lorsqu'il s'adressa à sa poitrine. Ecartant le compliment d'un bref signe de tête blasé, l'adolescente aida l'homme à lui retirer son haut de sous-vêtement qu'elle envoya par la suite sur le sol. Devant relever le menton pour regarder l'homme dans les yeux, elle le força d'une main à baisser sa tête pour qu'elle puisse murmurer à son oreille :

"Tu peux fermer ta gueule, maintenant, et me montrer de quoi t'es capable ? Ou tu vas continuer à commenter mon corps pendant encore des heures ?"

Tout en parlant, elle baissait gentiment mais sûrement de sa main libre le bas que portait le médicomage. Le vêtement glissa le long de ses jambes pour finir sa course à ses chevilles. Une fois ses questions agressives posées, Kathleen mordilla le lobe de l'oreille de Sam avant de déposer plusieurs baisers sur sa peau. S'attardant dans le creux de son cou, elle en profita pour attraper entre ses dents et ses lèvres un petit bout de peau. Cette manoeuvre faite de manière suffisamment appuyée et prolongée eut pour effet de faire éclater les vaisseaux sanguins situés juste sous la peau. L'art du suçon ; ou comment marquer son territoire.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revelio
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00    


Hôpital Sainte-Mangouste – 25 octobre 2025, vers 16h00
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'Hôpital Ste Mangouste
» Employés de Sainte-Mangouste [5/5]
» Fiche récapitulative: Sainte-Mangouste
» [Ste-Mangouste] Entrée de l'hôpital
» Bernard Clavel, l'insoumis, est mort, hier, 5 octobre, il avait 87 ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wingardium Leviosa :: Ailleurs dans le monde :: Flashbacks-